Rencontre : « les jeunes doivent être présents pour qu’ils soient recrutés comme main-d’œuvre locale….», conseille Eggour Ag MOUHA du PP2E

Le 6 décembre 2018 a eu lieu à Agadez la troisième session du Cadre Elargi de Concertation (CEC). La cérémonie d’ouverture a été placée sous la présidence du Gouverneur de la Région d’Agadez, M. Sadou SOLOKE.
Avec une enveloppe de 27 millions d’Euros, soit un peu moins de 18 milliards de FCFA, sur trois ans, le PP2E contribue à travers ses trois (3) composantes au développement d’une gouvernance locale fondée sur la participation citoyenne, l’accès équitable des populations aux services publics locaux et à la redistribution inclusive des richesses. A travers cette vision, le PP2E mise sur la création d´emploi qui permettra de booster l’économie de la région et renforcer transversalement sa stabilité confrontée aujourd’hui à la problématique de la migration irrégulière. En marge de cette rencontre, Aïr Info a rencontré M. Eggour Mouha, expert en Communication du Programme. Interview.

Aïr Info : Vous venez d’organiser la troisième session du Cadre élargi de Concertation (CEC) du PP2E, que peut-on retenir de cette rencontre ?

Eggour Maha : Pour cette troisième session, c’est le processus habituel de la mise en œuvre du programme. Chaque année normalement il doit avoir deux sessions de Cadre Elargi de Concertation, Dans ce troisième Cadre Elargi de Concertation, il va falloir évaluer la mise en œuvre du programme avec tous les membres et les différents maires de quinze collectivités de la région d’Agadez.
On va essayer d’examiner aussi les perspectives d’avenir c’est à dire qu’est-ce qui a été bien fait ? Qu’est-ce qu’il faut améliorer ? Et en même temps le troisième CEC va adopter le rapport de la rencontre passée. Voir les recommandations qu’il y a eu et quelles réponses apportées. Voir aussi quelles sont les difficultés rencontrées et comment leur trouver des solutions.
Rappelons dès la première rencontre du CEC, le PP2E a reçu toutes les demandes de collectivités en matière des infrastructures économiques, les infrastructures scolaires et les pistes rurales. Donc c’est la réalisation de tout cela que nous voulons suivre jusqu’à la troisième année. En évaluant bien sûr et avec précaution toutes les demandes et étudiant leur impact sur l’amélioration des conditions de vies des populations.

Quel est votre mot de la fin ?

Je lance un appel à l’endroit de nos partenaires que sont les collectivités parce que quand les travaux vont démarrer, l’équipe de PP2E est une équipe très réduite composée par les experts techniciens qui travaillent sur les dossiers. On n’a pas le temps d’aller voir ce qui se passe sur le terrain, Les collectivités, les COGES, la population doivent avoir un œil regardant pour qu’il y ait un travail de qualité. Cela va encourager les autres partenaires à venir pour soutenir les populations d’Agadez.
Outre cela, les jeunes doivent être présents pour qu’ils soient recrutés comme main-d’œuvre

Entretien réalisé par Hadi Oumarou

A propos de DIM 256 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*