Projet Irhazer : l’espoir renaît à Tiguirwit

Le vendredi 8 novembre dernier, l’industriel Orano, ex-Areva a invité une dizaine de médias sur le site du périmètre irrigué de Tiguirwit 2, situé à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de la ville d’Agadez. Un site mis en œuvre dans le cadre du Projet d’Appui au Développement Agricole de l’Irhazer, du Tamesna et de l’Aïr (PADA/ITA) et qui touche directement plus de 5000 ménages. Notons que cette mission est conduite par M. Albadé Abouba, ministre d’Etat de l’Agriculture et de l’Elevage accompagné de M. Alexandre Garcia, ambassadeur de France au Niger et de plusieurs autres notabilités de la région et du pays. 
L’objectif d’un tel déplacement est d’évaluer l’avancement de ce projet phare qui a le mérite de redonner l’espoir aux populations de l’Irhazer et du Tamesna.


Le projet Irhazer-Tamesna-Aïr : Un outil pour la sécurité alimentaire

C’est à la suite d’un protocole d’accord signé entre l’Etat du Niger et ORANO ex-AREVA, en décembre 2006, pour un montant de 11,4 milliards de FCFA, qu’il a été décidé de mettre en valeur 5000 ha dans la vallée de l’Irhazer. L’objectif visé est l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle durable des populations. Ainsi, le 11 avril 2013, une convention pour la phase pilote du Projet d’appui au développement agricole de l’Irhazer, du Tamesna et de l’Aïr (PADA/ITA) a été signée pour un montant de 2 milliards de FCFA et ce, pour une durée de 2 ans. Les activités du projet ont démarré en 2011 à travers l’étude de faisabilité, suivie de 2013 à mi-2015 par la phase pilote qui a permis de tester un certain nombre de spéculations et techniques d’irrigation, les résultats enregistrés ont abouti alors au démarrage de la phase de développement du projet à partir de la mi-2015. Un démarrage qui consacre l’aboutissement d’un vieux rêve des nigériens.

« Nous sommes fiers de pouvoir enfin produire nous-mêmes ce que nous mangeons », affirme Moussana, un exploitant du périmètre de Tiguirwit

A l’occasion de la visite guidée du ministre d’Etat de l’agriculture et de l’élevage, M. Albadé Abouba accompagné de Alexandre Garcia, ambassadeur de France au Niger, du représentant d’Orano M. Pascal Bastien, du Sultan d’Agadez et du coordinateur du Projet sur le site du périmètre irrigué de Tiguirwit 2, les exploitants dudit périmètre n’ont pas tari d’éloges quant aux impacts du Projet sur leur vie quotidienne. « Nous sommes fiers de pouvoir enfin produire nous-mêmes ce que nous mangeons. A part la luzerne de bonne qualité que nous cultivons et vendons, nous exploitons aussi du blé très nourrissant pour nos familles », explique Moussana, un quinquagénaire habitant du village de Tiguirwit. « Je sollicite des responsables du projet beaucoup plus de semences et du matériel aratoire. Nous faisons travailler tout le monde dans le village. Même les enfants s’y adonnent et apprennent à aimer le travail de la terre », fait remarquer Moussana. De l’avis de tous les exploitants du site : « ce périmètre irrigué est une véritable bouffée d’oxygène pour la population. Avant, les jeunes n’avaient qu’une seule alternative au chômage : l’exode en Algérie ou en Libye. Dieu merci aujourd’hui, ce sont eux qui exploitent ces espaces et font face aux dépenses de leurs familles », ajoute Inisloum Mohamed.

« …je profite pour saluer les efforts faits par la société ORANO dans le cadre de son accompagnement sociétal particulièrement dans le domaine de l’Agriculture au Niger », affirme M. Alexandre Garcia, ambassadeur de France au Niger

Face à la communauté du village de Tiguirwit réunie pour la circonstance, M. Alexandre Garcia, ambassadeur de France au Niger : « je suis très content d’être parmi vous sur ce site très connu de l’Irhazer et je profite pour saluer les efforts faits par la société ORANO dans le cadre de son accompagnement sociétal particulièrement dans le domaine de l’Agriculture au Niger ». Et M. Garcia de rappeler que ce projet est aussi conforme à l’intervention de l’Union Européenne à travers l’Agence française de développement (AFD) qui finance le Projet Pôles Ruraux, un autre levier de la stratégie globale pour la sécurité alimentaire au Niger.
En répondant aux questions des journalistes, M. Pascal Bastien, représentant de l’industriel ORANO a dit en substance : « que le Projet d’Appui au Développement Agricole de l’Irhazer, du Tamesna et de l’Aïr (PADA/ITA) est une preuve supplémentaire de l’engagement d’ORANO dans le développement local des zones où se trouvent ses sites . Nous travaillons avec l’Etat du Niger pour qu’il y ait continuité de nos activités minières sur la zone d’Arlit ». En prenant la parole pour sa part, le ministre d’Etat Albadé Abouba a déclaré que ‘’le Projet d’Appui au Développement Agricole de l’IRHAZER, du TAMESNA et de l’AÏR est très connu au Niger qui a connu un début très difficile mais qui prend aujourd’hui son envol’’. Le ministre Albadé Abouba a promis aux exploitants de prendre attache avec les responsables du projet et le partenaire qu’est ORANO pour résoudre certaines difficultés liées à l’exploitation du site notamment : « la mise en place d’un système d’irrigation approprié, l’intégration du volet élevage, l’implication de plus de femmes dans l’exploitation de parcelles et la diversification des cultures de sorte que les exploitants ne produisent pas en même temps la même chose ». En effet, pour Albadé Abouba l’impact de ce projet est de nature à réduire l’immigration et à occuper la jeunesse. Et selon lui, une des prouesses du Projet c’est la reconversion des éleveurs à l’agriculture. « Et avec le changement climatique en cours, je pense que la culture de la luzerne sera une alternative pour le fourrage du bétail », a conclu le ministre Albadé Abouba.

DIM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *