Niger/Athlétisme : imbroglio au sein de la fédération nigérienne d’athlétisme

Depuis quelques semaines, une tourmente traverse la fédération nationale d’athlétisme du Niger. Et pour cause ! Un audit interne diligenté du 18 au 21 octobre 2019 et ce conformément à l’article 52 des statuts de la Ligue a fait dévoiler une gestion opaque des fonds destinés à la fédération. Sitôt mises au courant les ligues régionales voient rouge et crient au scandale.

Devant ce cas flagrant de mauvaise gestion des fonds des contribuables, le ministre de la Jeunesse et des Sports Moctar KASSOUM sanctionne les mis en cause dont Tahirou TIEMOGO, président de la fédération nationale et le fait remplacer par un comité de gestion. Contre toute attente, les démis de leurs fonctions pour actes gravissimes de mauvaise gouvernance financière vont être réhabilités par le même ministre Kassoum MOCTAR par arrêté N°054/MJS/SG/DGS/EPS/MS/DI en date du 8 juillet 2020.

Sitôt réhabilité par le ministre Kassoum MOCTAR, le directoire national d’athlétisme suspend à son tour toutes les ligues régionales à l’exception de Diffa pour « rébellion ».

Pour comprendre cet imbroglio qui mine la fédération nigérienne d’athlétisme, Aïr Info s’est penché sur le dossier.

——————————

Les raisons de la colère

Tout  a commencé lorsqu’une forte suspicion s’est abattue, telle une chape de plomb, sur la gestion de la fédération nationale d’athlétisme. Le trésorier de l’institution Issaka BOUREIMA alerte les ligues régionales de l’intention du président et de son secrétaire-général de « faire main basse sur une somme frisant les 100 millions de FCFA ».

Pour vérifier ces allégations, deux commissaires aux comptes, et un observateur se rendront le 19 octobre 2019 au bureau de la fédération pour se voir normalement remettre toutes les pièces comptables en vue de leurs investigations. Tel ne fut pas le cas. Ils auront droit de la part du trésorier à une pile de «  feuilles volantes ». Après analyse de ces pièces truffées d’aberrations et rompant d’avec les principes de toute orthodoxie financière, des graves  manquements ont été constatés par les commissaires aux comptes.

Devant ces imperfections attentatoires à la bonne santé financière de la fédération et ce conformément aux textes, les deux commissaires aux comptes et l’observateur mandaté par les ligues régionales avant de quitter les lieux,  demandent au président de la fédération de convoquer, deux semaines à l’avance, une assemblée générale.  Ce qui n’a pas encore été fait officiellement jusqu’à ce jour.

Néanmoins les ligues régionales recevront via le réseau WhatsApp une correspondance N°0192/2019/FNA en date du 6 novembre arguant « l’incapacité de la fédération à convoquer cette assemblée pour des raisons d’ordre financier ».

La crise latente au sein de la fédération ira alors de mal en pis créant un climat délétère qui atrophie l’élan de l’athlétisme nigérien pressenti un moment comme une discipline en nette progression au Niger. Même la conciliation voulue entre les deux blocs par le COSNI en vue de désamorcer la crise n’aura pas gain de cause.  L’embellie de ce sport sera réduite durant plus d’un an à des joutes oratoires et menaces de plaintes devant les tribunaux oubliant l’essentiel qui est d’œuvrer à l’unisson pour le rayonnement de l’athlétisme.

De l’avis de Aboubacar Mohamed dit IKA, président de la ligue d’athlétisme d’Agadez « la fédération devrait se conformer aux textes statutaires de l’athlétisme en convoquant l’assemblée générale prévue en pareille circonstance pour donner des explications par rapport aux multiples cas de mauvaise gestion constatés par les commissaires aux comptes. Surtout que depuis son installation en février 2017, cette fédération n’a jamais tenu d’assemblée pourtant prévue se tenir chaque année ».

Des sanctions ministérielles venues à point nommé

Le 20 mars 2020, le ministre de tutelle Kassoum MOCTAR par arrêté N°023/MJS/SG/DGS/EPS/MS/DGHN démet le bureau conduit par le sieur Tahirou et nomme un comité de gestion qui va expédier les affaires courantes de la fédération.

Une subvention de 8 millions de FCFA de la World Athletic arrive à la même période, précisément en avril 2020. Aussi curieux que cela puisse, le bureau démis de ses fonctions « touchera quand même cette somme », dénonce les ligues régionales d’athlétisme.

Joint par Aïr Info pour répondre à toutes ces allégations, le président de la fédération Tahirou TIEMOGO, cité nommément par les huit ligues régionales, n’a pas souhaité réagir.

C’est dans ce climat tendu que contre toute attente, les démis de leurs fonctions pour actes gravissimes de mauvaise gouvernance financière vont être réhabilités par le même ministre Kassoum MOCTAR par arrêté N°054/MJS/SG/DGS/EPS/MS/DI  en date de 8 juillet 2020. «  Qu’est-ce qui a motivé le rétropédalage du ministre ? », se demandent encore les ligues régionales. Le ministre a-t-il été induit en erreur en prenant l’arrêté de démission du président Tahirou et de son staff ? Nous l’ignorons pour l’instant.

Les présidents de sept ligues suspendus

Ragaillardi par la réhabilitation du ministre Kassoum MOCTAR, le directoire de la fédération conduit par le sieur Tahirou va adresser alors des lettres de suspension à sept présidents de ligues régionales à l’exception de Diffa, pourtant signataire de toutes les correspondances de protestation.

Quelle issue de sortie pour l’athlétisme nigérien ?

Les dissensions internes au sein de la fédération d’athlétisme ont atteint un tel degré de métastase qu’il est pratiquement impossible de trouver une solution sans réelle confrontation des acteurs-clés.

Pour désamorcer cette crise, des questions restent en suspens notamment sur les deux arrêtés du ministre Kassoum MOCTAR qui suspend et réhabilite un bureau en l’intervalle de quelques semaines ! Qu’est-ce qui a motivé cette démarche ? Nul ne peut le dire puisque le ministère reste muet à ce propos.

A notre humble avis, la crise dans laquelle est empêtrée aujourd’hui la fédération nigérienne d’athlétisme nécessite l’implication urgente des plus hautes autorités du Niger.

DIM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *