Batir ensemble

Agadez / Immigration : afflux massif de demandeurs d’asile

Des réfugiés à leur arrivée à Agadez

1483 demandeurs d’Asile enregistrés dans la base de données du Haut-Commissariat aux Réfugiés d’Agadez à la date du 21 Mars 2018. Et tous ont transité par la Libye avant d’arriver à Agadez.

 

A Agadez pour fuir les conflits et chercher protection

Selon le Chargé de Protection à la Direction régionale de l’Etat Civil, de la migration et des réfugiés d’Agadez, Amadou Boubacar Dan Azoumi touché par Studio Kalangou « Généralement ce sont les conflits ethniques, politiques et les ségrégations raciales » qui sont les causes de la présence des demandeurs d’asile à Agadez. « Il y a la guerre du Darfour. Vous n’êtes pas sans savoir que cette guerre a fait  beaucoup de victimes. Donc les gens se sont déplacés, certains en Libye, certains au Tchad. Surtout le Tchad a accueilli beaucoup de Soudanais et certains sont passés par la Libye avec beaucoup de traitements inhumains, séquestration, violence, ces gens-là sont en train de se ruer vers le Niger pour chercher protection ».

Une possible source de menace pour la ville d’Agadez ?

Avec la situation sécuritaire actuelle qui prévaut au Niger. Les attaques à répétition de la secte Boko Haram dans la région de Diffa et la recrudescence des attaques de bandits armés dans la région de Tillabéry et Tahoua. Actuellement l’état d’urgence est maintenu dans toute la région de Diffa, dans cinq départements de la région de Tillabéry et dans deux départements de la région de Tahoua. Pour contrôler cet afflux massif d’individus dans la région, il est nécessaire de mettre en place un dispositif de contrôle des individus et de sécurité sévère. Pour Rachid Kollo, Président du cadre d’Action pour la défense des droits de l’Homme « (…) Comment peut-on savoir concrètement les raisons réelles de leur présence sur notre territoire comment peut-on s’assurer qu’ils ne sont là que pour la demande d’asile. Ce sont tous ces problèmes là qu’il va falloir que l’Etat sache qu’il est pris à témoin devant l’opinion internationale pour toute dérive éventuelle. »

Accélérer le traitement des dossiers pour désengorger la région

Cette situation inquiète aussi les autorités locales, Mohamed Anacko, Président du Conseil régional d’Agadez en appelle au gouvernement et aux partenaires pour venir en aide à la région : « Aujourd’hui, on accueille des milliers de personnes demandeurs d’asile. On va demander à l’Etat du Niger et le HCR d’accélérer les opérations (…), de voir comment (…) faire très rapidement avec les dossiers des demandeurs d’asile parce qu’ils trainent beaucoup à Agadez. »

Un renforcement de capacité des services sociaux très nécessaire

Toujours selon Mohamed Anacko « quand ils tombent malades, ils vont au niveau de nos centres de santé, donc il faut renforcer la capacité en produits pharmaceutiques et autres. Au niveau de l’éducation aussi, ils doivent faire la même chose. Au niveau de l’eau et de l’assainissement. » Pour l’heure, la majorité de ces personnes sont placées sur un site aménagé dans un quartier administratif d’Agadez où elles sont prises en charge par le Haut-Commissariat aux Réfugiés et le Comité International de la Croix Rouge et bien d’autres en attendant des réponses à leurs demandes d’asile.

Kalangou

A propos de DIM 206 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*