Réhabilitation de la route Tahoua-Arlit : Requiem pour une promesse enterrée

Monsieur le Président,
Le vendredi 18 septembre 2015, juste avant l’élection présidentielle qui consacrera votre deuxième mandat à la magistrature suprême de ce pays, vous procédiez au lancement des travaux de réhabilitation de deux tronçons de la route Tahoua-Agadez-Arlit, l’un entre Tamaya et Agadez (191 km), l’autre entre Agadez et Arlit (236 km).
Vous déclariez devant une grande foule venue pour la circonstance ceci : « Je vous ai tenu cette parole, il y a de cela dix (10) mois quand on a lancé les travaux de la route Arlit-Assamaka- frontière Algérie. Voilà aujourd’hui Dieu, dans son infime bonté, nous a amené pour vous donner l’autre moitié de la noix de kola. Il s’agit précisément des travaux d’aménagement et de bitumage de la route Tamaya Agadez et Agadez Arlit ….».
Juste après, le ministre de l’Equipement d’alors, M. Ibrahim Nomao précisait : « que les travaux qui ont été lancés concernaient la réhabilitation avec élargissement de la chaussée et seront exécutés en deux (2) sections. La section Tamaya-Agadez sera exécutée en deux (2) lots. Les travaux du lot 1 d’une longueur des 85 km, sont financés par AREVA et l’Etat du Niger pour un coût de 22.594.367.349 FCFA HT pour un délai de 20 mois. Ces travaux seront exécutés par l’entreprise béninoise SIGMA2-SA. Concernant le lot 2 d’une longueur de 106 km, le coût des travaux est de 33.304.205.512 FCFA HT et seront exécutés par l’entreprise tunisienne MBC pour un délai d’exécution de 24 mois ».
Et s’agissant de la section Agadez-Arlit, d’une longueur de 236 km, le ministre de l’Equipement rapportait que: « les travaux seront exécutés en Partenariat Public-Privé (PPP) par l’entreprise GEPCO de droit nigérien pour un coût global de 90.327.732.609 HT pour une durée d’exécution de 25 mois ». Dans le sillage de cette belle promesse, le directeur régional de l’Equipement d’Agadez Chaibou Adamou annonçait aussi fièrement à la presse locale ceci : « la reprise totale de la route Tahoua-Arlit n’est plus qu’une question de temps, puisque le financement est déjà acquis, l’appel d’offre lancé et deux entreprises ont été retenues pour l’exécution des travaux, et le bureau de contrôle désigné ».

Mais Monsieur le Président, cela fera bientôt trois ans. Trois ans après votre premier coup de pioche qui lançait ces travaux qui donnaient espoir aux usagers de la route Tahoua-Arlit. Trois ans hélas que rien n’a bougé. Trois ans que la population d’Agadez, suspendue encore, à votre promesse, ne voit rien venir.

Monsieur le Président de la République, je ne vous l’apprendrai point. De nos jours les routes ne sont plus un luxe, mais un indéniable facteur de développement économique à même de booster les échanges commerciaux entre les peuples. Elle est aussi et surtout un facteur déterminant dans la préservation de la sécurité. Vu le contexte actuel de la région d’Agadez, la réhabilitation de la route Tahoua Agadez et Agadez Zinder apportera une bouffée d’oxygène chère à cette population qui souffre dans sa chair la fermeture des frontières tout autour d’elle.

Pour la route Tahoua- Arlit, qu’est-ce qui s’était passé depuis lors ? Le Président que vous êtes a t-il oublié sa promesse ? Les Nigériens, usagers de cette route en général et la population d’Agadez, en particulier méritent une réponse de votre part. Ils attendent une réponse d’autant plus que l’état actuel de cette route ne fait que se dégrader davantage.
Des tronçons sont coupés faisant que des voyageurs, hommes,femmes, et enfants, sont obligés de braver à pieds les eaux de koris pour se rendre à l’autre rive.
Au moment où nous vous écrivons ces lignes, des populations entières, celles de Tchirozérine et autres localités environnantes peinent à se ravitailler à Agadez commune à cause des sections répétées du kori Telwa.

Monsieur le Président, à cause de l’état fortement dégradé de la route Tahoua-Arlit, les promoteurs de compagnies de transport gémissent de douleur devant les dégâts incalculables que subissent leurs bus lors de sa traversée. Et ce sont des passagers qui doivent supporter les coûts en déboursant beaucoup plus d’argent pour voyager.

Monsieur le Président, donnez à la population d’Agadez une réponse car de plus en plus un sentiment d’abandon est en train de la gagner. Oui, Monsieur le Président, une légitime colère monte crescendo devant votre promesse non tenue. Légitime parce qu’elle se considère comme population à part entière du Niger. Légitime parce que cette population a tout donné à l’homme politique que vous êtes : Six (6) députés sur sept pour le parti qui vous a porté au pouvoir.

Voilà des dizaines d’années que vos concitoyens d’Agadez vivent ce calvaire. Vous aviez promis de les aider en réhabilitant cette route.
Hélas, comme tous ceux qui vous ont précédé, seule leur complainte de Nigériens déçus leur revient en écho. Un écho cinglant qui leur rappelle leur minable sort de bétail électoral. D’agneaux dociles qu’on mène paisiblement à l’abattoir.
Comme ceux qui vous ont précédé, vous vous emmurez derrière la citadelle de votre pouvoir ignorant que des milliers de vos concitoyens bravent quotidiennement les affres de cette route, y laissant leur vie ou portant à jamais des séquelles des accidents qu’ils subissent.

Beaucoup de questions taraudent aujourd’hui les esprits à Agadez sur le sort réservé à la réhabilitation de la RTA. Le vague à l’âme s’empare de la population qui ne comprend plus rien. Qui va jusqu’à penser qu’un accord tacite lie les différents régimes qui se succèdent pour ne plus réhabiliter cette route.

Et pourtant, Monsieur le Président, vous aviez promis de ne pas être comme les autres. C’est-à-dire, de diriger autrement. De respecter vos engagements dans le diurne et le nocturne. Dans le faste et le néfaste. Avec pour chaque Nigérien une once de justice et d’assistance.

Monsieur le Président, y a t-il eu un problème de financement qui fait que cette réhabilitation ne connaisse même pas un début de concrétisation ?

Pourtant, conformément à l’accord de partenariat stratégique signé entre ORANO, ex-AREVA et notre pays à Niamey en mai 2014, ORANO, ex-AREVA a bel et bien participé au financement des travaux de rénovation de la route Tahoua-Agadez-Arlit. Selon nos recherches, un premier versement à hauteur de 22,5 millions d’Euros, soit environ 14 milliards 759 millions de FCFA a été effectué, sur un engagement total de 90 millions d’Euros (59 milliards 36 millions de FCFA sur 4 ans).

Monsieur le Président ! La seule question que vous pose aujourd’hui la population d’Agadez est de savoir si la promesse de la réhabilitation de la RTA est d’actualité ou non ? Si oui, quels sont les réels motifs qui bloquent les travaux ?

Respectueusement,

Ibrahim Manzo DIALLO
Citoyen d’Agadez

In Aïr Info 235

A propos de DIM 188 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*