Culture : deux jeunes musiciens nigériens créent un style musical dénommé le Reg »Touareg

Ils sont jeunes. La vingtaine passée. Ils se sont rencontrés en mars dernier à Niamey. Leur passion commune : la musique. Masil Ibrahim alias Targui Boy et Ibrahim Abdalllah dit Brahim Targui. Ils ont formé un groupe musical dénommé  » Asahat », qui veut dire « La Force » et mis à jour un nouveau style musical appelé Reg’touareg.

Le groupe Asahat utilise la musique pour transmettre des messages aux jeunes.  » Nous sommes de ceux qui pensent que les jeunes nigériens et même au delà ceux du Sahel ont un grand potentiel à mettre en valeur. Ils ne doivent pas l’abîmer dans l’abus des substances nocives », ont-ils confié à Aïr Info.

En effet le groupe Asahat se veut le porte-voix de cette frange de jeunes qui sait que rien de grand et de durable ne peut se forger dans la désunion.
 » le vivre-ensemble est primordial. C’est le substrat, si vous voulez le fumier qui permet à toute oeuvre humaine de grandir et de s’inscrire dans la durée », explique Masil, natif de Zinder.

C’est pourquoi le groupe a chanté le titre  » yo fa ar nirtay », qui veut dire en tamasheq :  » Soyons unis ».
Pourquoi chanter l’unité ?
« C’est normal avec tous ces foyers de tension qui entourent notre pays, il nous faut resserrer les rangs, ne pas laisser la faille à travers laquelle l’ennemi peut blesser notre unité « , explique Brahim, originaire de Sanam ( Tillabéri).

Un autre titre qui exprime le talent du groupe Asahat est « Tarhanam ». Une chanson dédiée à l’Amour. Hymne à la passion et à la plénitude d’aimer et de se sentir aimer.  » Il faut aimer ce qu’on fait, c’est le premier secret de la réussite « , disent en chœur les deux jeunes.

Ces artistes remercient les rares bonnes volontés qui les appuient parce qu’ils croient en eux.
 » pensées spéciales à notre manager Moussa Roubeid, à Lamine du groupe métaphore, à Elite Média et de l’autre côté de Perpignan à Bohari Alkassoum Diallo ».

Pour la bonne nouvelle, le groupe Asahat se produit ce soir même au Diam’s Night Club de Niamey.

Bon courage Asahat.

DIM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *