Agadez/Commerce : Renforcer les capacités du secteur privé sur l’accord de facilitation des échanges

Du 17 au 18 août 2020 a eu lieu à Agadez un atelier ayant pour thème : «Renforcement des capacités du secteur privé sur l’accord de facilitation des échanges ». Il a été organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Niger(CCIN) avec l’appui du Centre de Commerce International, de la Commission de la CEDEAO et de la Coopération Danoise au Développement. Notons que cet atelier d’Agadez vient après celui de Niamey tenu en décembre 2018, puis ceux de Maradi et Zinder en juin 2019. Il a pour but de sensibiliser les entreprises sur l’accord de la facilitation des échanges, d’assurer une meilleure appropriation de ses dispositions, de renforcer leurs capacités de participation dans la formulation des politiques publiques relatives à l’amélioration du climat des affaires.
Dès l’entame de l’atelier d’Agadez, M. Attaher ADAM, secrétaire général de la région d’Agadez, a salué le choix d’Agadez pour abriter cet important rendez-vous : « …la capitale de l’Aïr est une zone de transit par excellence entre l’Afrique du nord et celle au sud du Sahara et constitue un pôle de développement des activités commerciales entre ces deux composantes de notre vaste et riche continent ». Et M. ADAM de continuer en ces termes : « …pour soutenir la dynamique de développement des échanges, les opérateurs économiques de notre région devraient se doter des outils techniques leur permettant d’exercer plus facilement leurs activités dans un contexte marqué par l’avènement de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAF) qui nous offre certes d’importantes opportunités mais nous incite à être plus compétitifs et plus imaginatifs pour en tirer le meilleur profit ».
En prenant la parole à son tour, M. Rabidine HIYAR, président de la circonscription consulaire régionale d’Agadez s’est appesanti sur l’importance d’un tel atelier dans l’amélioration de l’environnement des affaires, principalement au niveau du commerce transfrontalier dans l’ultime souci de développer les échanges. Et M. HIYAR de souligner que : « les lenteurs et la complexité des formalités administratives aux frontières entravent considérablement la libre circulation des marchandises et limitent la capacité des entreprises à être compétitives au niveau du commerce international notamment pour les petites et moyennes entreprises ». Toujours selon le président de la circonscription consulaire régionale d’Agadez: « la fluidité des opérations liées au passage aux frontières revêt une importance toute particulière pour le Niger en raison de son enclavement. C’est pourquoi, le processus de simplification, de modernisation et d’harmonisation des opérations d’exportation et d’importation est devenu une question fondamentale pour le système commercial mondial ».
Pour faire du secteur commercial un incontestable pilier de développement, il faut conforter la mise en vigueur effective de l’Accord sur la Facilitation des Echanges (AFE)aux plans national et international parmi lesquelles l’on peut noter les mesures visant à accélérer le mouvement ; la mainlevée ; et le dédouanement des marchandises. Mais aussi les dispositions portant sur l’assistance technique et le renforcement des capacités des acteurs et encourager les mesures visant à assurer une plus grande transparence dans l’accès à l’information commerciale.
« Cet atelier d’Agadez est une chance offerte à nous autres, opérateurs économiques de la région, pour maitriser les arcanes de la libre circulation des marchandises. Cette méconnaissance nous a longtemps affaibli mais c’est fini maintenant », soutient un participant à la rencontre.

Karim Anicet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *