Niger : déclaration des organisations de la société civile de la région de Tillaberi

Les structures de la société civile de Tillabéri, réunies ce vendredi 19 mars 2021 à l’effet d’examiner la situation sécuritaire du Niger en général et celle de la région de Tillabéri en particulier font la déclaration dont la teneur suit :

-Considérant la situation sécuritaire très précaire du pays ;
-Considérant l’insécurité grandissante qui prévaut dans la région de Tillabéri ;
-Considérant l’incapacité du gouvernement à assurer la paix et la sécurité des vaillantes populations du Niger, en particulier celle de la Région de Tillabéri;
-Considérant le rôle de figuration des forces étrangères, notamment françaises ;

Nous, population de Tillabéri, regroupée au sein des structures de la société civile de Tillabéri sommes profondément préoccupées et attristées par cette violence barbare exercée sur des populations civiles stigmatisées pour leur appartenance ethnique.

En effet, le lundi 15 mars 2021 un groupe d’individus armés non encore identifié a attaqué deux véhicules de marque Toyota qui revenaient du marché hebdomadaire de Banibangou pour les villages de Chinégodar et de Darey Dey.
Cette attaque, la première du genre, depuis le début de cette insécurité qui secoue gravement le nord Tillabéri a visé particulièrement et clairement une ethnie. En effet ce sont uniquement les passagers zarma abord de ces véhicules qui on été les cibles des assaillants qui les ont trié minutieusement avant de les abattre à coups de fusils à l’exception d’un seul qui selon les témoins a été pris pour une autre ethnie de par ses traits faciaux et son accoutrement.

Le bilan de ce sinistre fait état de 58 personnes tuées, une personne blessée, deux véhicules incendiés, deux véhicules emportés et plusieurs greniers brulés. Notons que cette attaque survient une semaine après la mort de 6 personnes dans la même localité presque dans les mêmes circonstances et à moins de trois mois de la tuerie de kiomabangou et de Zarouma darey ayant occasionné plus de 100 morts.
Ainsi les populations de Tillabéri en général et celle du zarmaganda assistent désespérément et avec tristesse à la dépopulation de cette partie de la région qui devient un véritable mouroir. Mieux la tournure que prend cette insécurité menace dangereusement la cohésion nationale et amplifie vivement la douleur de cette crise terrifiante, entretenue désormais sur fond d’épuration ethnique conduisant ainsi notre pays vers des lendemains incertains si l’on n’y prend pas garde.

Nous, population de Tillabéri, regroupée au sein des structures de la société civile de Tillabéri :
•déplorons avec tristesse cette attaque sanglante et apportons notre soutien sans réserve et toute notre compassion à toutes les victimes de cette barbarie orchestrée par des individus sans foi ni loi ; présentons nos condoléances les plus attristées aux familles endeuillées ainsi qu’a à toute la nation nigérienne et souhaitons un prompt rétablissement aux blessés;
•Condamnons par la même occasion ces exactions sur les populations civiles ainsi que le laxisme des autorités en charge de la gestion de cette crise sécuritaire, qui endeuille malheureusement presque quotidiennement de nombreuses familles.

Mesdames et messieurs,

Comment comprendre qu’en dépit du poids présumé des forces présentes sur le terrain et de l’ampleur de la menace qu’on ne parvienne pas à prévenir ces genres d’attaques ou à intervenir promptement sur les lieux ?
Alors, face à cette démission de l’Etat, Nous, population de Tillabéri regroupée au sein des structures de la société civile de Tillabéri :
-exigeons, du président de la République et du gouvernement de la 7è république, seuls comptables de cette situation macabre devant l’histoire, la prise urgente des mesures efficaces, claires et opportunes pour contenir cette insécurité sans cesse grandissante qui se cristallise du jour au lendemain à travers le développement des formes à la fois intolérables et ingérables qui risqueront de compromettre inéluctablement la vie de la nation;
-Exigeons le départ des forces françaises dont la présence n’a servi qu’à mystifier nos forces nationales en lieu et place de l’assistance militaire et technique qu’elles sont censées nous apporter;

Mesdames et messieurs,

C’est le lieu, d’interpeller le Président de la république, Issoufou Mahamadou et son gouvernement dont la mauvaise gestion sous-tendue par la corruption à grande échelle et l’affairisme au sommet de l’Etat a plombé solidement le développement socio-économique du pays ouvrant ainsi un boulevard pour l’insécurité, l’intolérance, l’extrémisme de tous genres et tous les maux pouvant provenir de la précarité et de l’injustice à prendre ses responsabilités et toutes ses responsabilités devant ce fléau.

Que la puissance de l’Etat qui est illégalement et constamment opposée aux paisibles citoyens qui tentent d’exprimer leur mécontentement ou leur désapprobation vis-à-vis de la gouvernance conformément à la loi, soit opposée à ces ennemis du peuple et de la paix. Que cette force de la loi soit sentie par ces derniers pour qu’enfin force reste à la loi et non le contraire comme ce le cas à Banibangou, sinégodar, Zarouma Darey, kiomabangou, Abala, Sanam, Anzourou, bankilaré, Ayorou, Torodi, Gothèye, bref dans presque toute la région de Tillabéri.
Cet état de fait prouve à suffisance l’absence de l’Etat dans cette partie du pays où même l’impôt est perçu par des individus au vu et su de tout le monde. Cette absence plonge tout naturellement cette zone dans une situation de non droit, une jungle, où c’est la loi du plus fort qui règne avec toutes les conséquences possibles. Ainsi l’instinct de survie ne laissera pas le choix à ces populations abandonnées à leur triste sort si rien n’est fait, à affronter leur destin selon la loi de la nature, advienne que pourra.

Face à ces risques de dérives Nous, population de Tillabéri, regroupée au sein des structures de la société civile de Tillabéri:
-demandons aux hommes politiques de la région, tout bords confondus qui ne voient en ces populations profondément meurtries que des électeurs souvent assimilés à du bétail électoral et aux intellectuels, valets locaux de l’impérialisme dont leurs sciences nous desservent, de sortir de leur mutisme et de leur égoïsme pour éprouver un minimum de fierté en s’engageant vaillamment dans cette lutte qui est aussi la leur. Qu’ils sachent que nous sommes tous embarqués sur un même radeau et quand l’ouragan viendra, nous serons tous menacés à la fois, sans distinction aucune, même pas les bunkers dans lesquels ils sont terrés ne les épargneraient ;
-Aux populations éprouvées, nous leur demandons de rester unies et solidaires en développant des gestes de solidarité agissante et de ne pas se laisser divertir ; invitons l’ensemble de la population de la région de Tillabéri et au delà tous les nigériens épris de paix à œuvrer inlassablement par la conjugaison de leurs efforts multiples et multiformes, dans l’union des cœurs et des esprits pour le retour d’une paix définitive dans la région de Tillabéri et le Niger tout entier.

Mesdames et messieurs,

Les organisations de la société civile de Tillabéri entendent continuer la lutte pour le retour définitif de la paix dans la région. A cet effet elles invitent l’ensemble des forces vives de la région à se joindre à elles afin de mener le combat pour le retour de la paix. A cette occasion elles invitent l’ensemble de la population à se tenir prête et mobilisée pour répondre massivement aux prochains mots d’ordre.

Enfin, prions Dieu, Tout Puisant, le Vlément, le Miséricordieux à nous venir en aide à vaincre définitivement ces forces obscurantistes et épargner à notre pays des épreuves difficiles.

Vive le Niger !
Vive la région de Tillabéri !
A bas les ennemis du Niger !
A bas l’ethnocentrisme !
A bas le régionalisme !
Qu’Allah sauve le Niger et son peuple !! Amine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *