Banibangou/Tillabéri : des morts et des portés disparus

D’après des informations recueillies par Aïr Info et confirmées par une source sécuritaire, lors de la poursuite, le maire de Banibangou, ancien agent de forces de sécurité, et un chef religieux dit Cheick, habitant le village de Garbey étaient à la tête d’un comité dit de vigilance composé de 84 personnes au guidon de 42 motos.

Ce comité a quitté le village de Dinara (7 km) de Banibangou le 1er novembre 2021 et a passé la nuit dans le village d’Adabdab (59 km au nord de Banibangou).

Au grand malheur du comité de vigilance, dans ce village d’Adabdab vit une personne aux initiales de S.D, informateur attitré des groupes armés non étatiques (GANE). C’était elle qui donna toutes les précisions sur le comité de vigilance et le but visé de leur déplacement : celui de capturer mort ou vif le sieur Tchimbadou, chef d’un groupe armé originaire du village de Darsalam (7 km de Adabdab).

Le mardi 2 novembre 2021, vers 13 heures, la colonne du comité de vigilance, conduite par le maire de Banibangou et le Cheick va tomber sur une implacable et meurtrière embuscade.  » Il y a eu beaucoup de morts de deux côtés » a relaté une source sécuritaire. Et cette dernière de confirmer que  » sur les 84 personnes du comité, seules 15 personnes à bord de 6 motos ont pu regagner le village de Dinara. Mais il se peut que beaucoup se soient dispersés lors des combats ».

Nous apprenons que plusieurs corps de bandits armés sont restés sur le lieu de l’attaque et les survivants actuellement pourchassés par les éléments des forces de défense et de sécurité du Niger précisément ceux de la redoutable opération dite « Almahaou ».

A l’heure actuelle aucun bilan officiel de l’accrochage n’est encore disponible et l’on ignore avec précision le sort du maire de Banibangou qui serait dit-on sain et sauf.

Ibrahim Manzo DIALLO

Aïr Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.