Santé/ COVID-19 : du doute à l’évidence

Parvenue au Niger en mars 2020, quelques mois après son apparition en Chine, la COVID 19 est perçue par une grande partie de nigériens comme une maladie « inventée », « affabulée » par les autorités pour des besoins financiers et pour se donner les moyens légaux de « bâillonner le peuple » et « d’interdire toute forme de regroupement pouvant aboutir à un soulèvement contre le régime en place ». Mais la recrudescence de la COVID-19 à une certaine période de l’année, a amené beaucoup de nigériens à vivre et à comprendre les réalités de cette pandémie.

Au cours du dernier trimestre de l’année 2020 qui correspond à la période de froid au Niger, la COVID-19 avait atteint un pic inquiétant dans notre pays. Ainsi, cette maladie avait affecté un grand nombre parmi ceux-là qui doutaient de l’existence de la pandémie.

Par conséquent, de nos jours la COVID-19 est de plus en plus admise par les nigériens. « Au début, je pensais que la COVID-19 est juste une forme ordinaire de rhume qui a été affabulée pour d’autres intentions, mais après avoir été touché, j’ai constaté que les symptômes sont vraiment différents. Je n’ai jamais été aussi abattu par le rhume, c’était vraiment sérieux », a témoigné Inoussa Ali, un habitant de Niamey. « Les gens ont tendance à délaisser les gestes barrières contre la COVID-19, mais nous qui savons de quoi il s’agit, nous restons prudents », a-t-il ajouté. « J’ai passé environ deux semaines avec des courbatures inexplicables et beaucoup d’autres symptômes. Je n’ai jamais connu une telle forme de rhume auparavant. Suite à cela je me suis rendu à l’évidence que le Corona virus est loin d’être une invention, la maladie est réelle », a confié, pour sa part, Moussa Kallam Adamou, un habitant de Niamey. « Et depuis, je ne badine plus avec la pratique des gestes barrières contre cette maladie », a-t-il poursuivi. « C’est facile de nier l’existence de la maladie quant on n’a pas encore vécu la douloureuse expérience de ceux qui l’ont contracté », a souligné, de son côté, Sakou Halidou, un autre habitant.

Notons que rien que la journée du 10 décembre 2021, le Niger a compté 77 cas actifs de COVID 19 parmi lesquels 44 cas en hospitalisation. Trois (3) de ces 44 cas sont en réanimation. Les autorités sanitaires ne cessent d’attirer l’attention des populations sur le risque élevé de propagation de la maladie en cette période de froid.

Boubacar Hamani LONTO


Article écrit et publié dans le cadre du projet Covid-19 Response in Africa mis en œuvre par le consortium composé de International Media Support et de Free Press Unlimited et financé par l’Union Européenne.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.