Babsalam/Ingall : un forum pour renforcer la stabilité et la cohésion sociale

Du 11 au 12 février 2022, s’est tenue à Bab Salam, village situé à 90 km sur l’axe Agadez-Tahoua, dans la commune d’Ingall une rencontre de représentants de plusieurs communautés ayant en partage l’espace sahélo-saharien. Elle a été organisée par l’association Niger-Fraternité (Alou Elbeyti), et placée sous le thème :  » Rôle  et contribution des communautés au renforcement de la stabilité et la cohésion sociale ».

L’initiateur, en la personne de Hassan Sidi Mohamed, président de l’association a d’abord présenté aux participants les objectifs de la rencontre.  » Durant deux jours, il s’agira pour toutes ces communautés présentes, réunies en symbiose, de proposer des actions collectives qui peuvent permettre, sur l’ensemble de l’espace sous régional, d’initier des solutions locales et appropriées pour préserver et consolider la paix ». Pour Hassan Sidi Mohamed, face à tous les foyers de tension qui nous entourent, il nous faut au plus vite apaiser les humeurs de nos communautés. Les encourager à taire les divergences dans la paix et le respect mutuel. Il faut, à insisté le président de l’association  » Que nos communautés pastorales continuent de s’accepter et de promouvoir le vivre-ensemble ».

Plusieurs officiels venus d’Agadez et de Niamey ont répondu présents à l’appel de l’association Niger-Fraternité, partenaire de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix.

Dans son mot introductif, Magagi Maman DADA, gouverneur de la région d’Agadez, a souligné que cette rencontre de Babsalam est une opportunité louable offerte aux communautés pour entamer une réflexion afin que leurs membres soient en tous temps et en tous lieux des acteurs de la paix et de la cohésion sociale, seul gage d’un développement durable.

Abondant dans le même sens, Mohamed Anako, président du Conseil régional d’Agadez a félicité les organisateurs pour le choix du thème qui vient à point nommé en cette période de crise sécuritaire sans précédent que vivent les pays du Sahel. Du haut de la tribune de cette rencontre, le président Mohamed ANACKO a lancé un vibrant appel aux communautés belligérantes qui s’affrontent d’éteindre le feu.  » La paix est un précieux trésor, faisons tout pour ne pas le perdre ! ».

L’ événement a vu la participation  de plusieurs chefs de tribus et groupements de la zone, lesquels ont deux jours durant partagé des expériences et surtout de réflexion sur des orientations qui contribueront au renforcement de la stabilité, la cohésion sociale, l’unité nationale, la résolution des conflits et la réduction des potentielles tensions.

Notons que cette rencontre, la première du genre dans cet espace, fait sienne le pari de servir de substrat à une approche pédagogique a même de faire un diagnostic et un état des lieux des causes de conflits, des défis sécuritaires et économiques majeurs qui se posent avec acuité.

A la fin de la rencontre, plusieurs acteurs de la paix ont été récompensés par la Haute Autorité à la Consolidation de la paix et des divers prix remis aux lauréats de la course de chameaux et chevaux.

Karim Anicet

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.