Point de presse du Mouvement M62 suite à l’inculpation de son coordinateur Abdoulaye Seydou

Chers amis de la presse, camarades acteurs de la société civile membres du M62, citoyennes et citoyens, mes chers compatriotes.

Notre point de presse d’aujourd’hui, Mardi 24 Janvier 2023 est relatif d’une part à l’évolution sans surprise de l’affaire dite Etat du Niger contre M62 sur le drame de Tamou mais aussi aux nouvelles actions projetées par notre organisation le M62 d’autre part.

Après plusieurs reports demandés par l’avocat de l’Etat du Niger et par manque des moyens de preuve, le ministère public a officiellement renoncé à la poursuite du coordinateur national du M62, le camarade Abdoulaye Seydou, par rapport au chef d’accusation ci-après : production et mise à la disposition du public et diffusion des données de nature à troubler l’ordre public en l’espèce saper le moral de l’armée en chargeant l’institution militaire de terre de carnage à Tamou. Ainsi, le juge en charge du dossier a pris acte de cette décision du parquet lors de l’audience qui s’est tenue hier 23 Janvier 2023 et il a même rassuré le coordinateur du M62 qu’il est libre de ladite poursuite.

En vérité, cette première étape ci-haut décrite n’est que le plan A et le plan B a été mis en marche aussitôt que notre camarade voulait sortir du palais de la justice. C’est en ce moment précis que des éléments des forces de défense et de sécurité ont tenté de le prendre mani-militari et provoquer de ce fait un trouble pour arrêter gratuitement de nombreux citoyens.

Il a fallu que les avocats du M62 fustigent l’irrégularité de cette procédure, pour qu’enfin un nouveau chef d’accusation de complicité d’incendie volontaire à Tamou soit collé à notre camarade Abdoulaye Seydou, coordinateur du M62 et président du REPPAD, puis directement placé sous mandat dépôt à la prison de Kollo.

Dans cette affaire judiciaire entre le M62 et l’Etat du Niger, il est important de comprendre et retenir que :

– L’Etat à travers le ministère public a capitulé dans sa poursuite contre le coordinateur Abdoulaye Seydou face aux arguments solides du M62 et à la disponibilité et engagement des parents des victimes, qui étaient présents au procès pour témoigner. Par cette action, l’Etat a pensé brouiller les pistes et bloquer la manifestation de la vérité sur le drame de Tamou ;

– Ce fallacieux nouveau chef d’accusation soit complicité d’incendie volontaire est un moyen inventé pour priver injustement le coordinateur du M62 de sa liberté bien que le rapport de la police départementale de Tamou, établie à cet effet, n’a ni mentionné le nom du M62 ni celui de son coordinateur ;

– Un autre fait marquant de ce procès, Il est de notoriété public que le procureur de la république le sieur Chaibou Moussa a déclaré avoir regretté laisser en liberté le coordinateur du M62 lors de l’audience du 13 janvier 2023 ;

– Au paravent, toujours dans la même affaire, son adjoint dit Zaki, a annoncé au camarade Abdoulaye Seydou en présence de son avocat qu’avec ou sans raison, ils vont l’emprisonner ;

– Nous constatons que le sieur Chaibou Moussa, procureur de la république n’est pas à son premier essai, il a par le passé injustement envoyé en prison notre camarade Sadate. A cause de cet acte, l’Etat du Niger a été condamné par la cour de la justice de la CEDEAO ;

– Notre conviction, la justice nigérienne ne peut pas contribuer à la construction de l’état de droit tant qu’elle comporte en son sein des régleurs des comptes et autres serviteurs des hommes politiques passagers ;

Par rapport aux nouvelles actions projetées, le M62 a décidé de ce qui suit :

– Nous avons demandé à nos avocats de porter plainte contre le procureur Chaibou Moussa et ses complices pour poursuite arbitraire du coordinateur national du M62, le camarade Abdoulaye Seydou, car nul n’est au-dessus de la loi ;

– Le M62 annonce aux citoyennes et citoyens qu’un appel à témoignage des justiciables sera lancé pour recenser des cas des détentions arbitraires qu’ils ont subi émanant du sieur Chaibou Moussa au-delà des cas connus de Sadate Illia Dan Malan et d’Abdoulaye Seydou ;

– Nous demandons aux nigériennes et aux nigériens d’organiser dans chaque quartier au niveau communal, départemental, régional et national des assemblées générales communautaires de protestation contre l’injustice commise sous couvert de la justice. Ces assemblées générales communautaires doivent être couvertes et les vidéos et images prises doivent être publiées et partagées sur les réseaux sociaux ;

– Le M62 organisera des séries de réunions avec les OSC, les organes de presse, les artistes et les organismes internationaux sur la négation des droits humains et des libertés au Niger.

La patrie ou la mort, nous vaincrons ! Seule la lutte libère !

Fait à Niamey, le mardi 24 janvier 2023

Pour le Comité Exécutif

Le Coordonnateur National Pi

Sanoussi Mahaman

A propos de DIM 869 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*