Niger : Amana Transfert & Finance S.A réplique aux accusations de pratiques illégales en Côte d’Ivoire

Amana Transfert & Finance S.A réagit après le courrier de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique de la Côte d’Ivoire, la citant d’exercer des activités illicites de transfert d’argent dans le pays. La société de droit nigérien affirme être en règle dans ses activités.

Un communiqué, publié le 24 avril 2024 sur les réseaux sociaux et attribué au Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique de la Côte d’Ivoire, accuse l’établissement financier à caractère bancaire d’exercer dans l’illégalité en Côte d’Ivoire. En effet, selon le communiqué, Amana Transfert & Finance S.A « ne dispose d’aucun agrément des autorités compétentes en la matière. Elle viole donc les règles régissant l’exercice de cette activité dans l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). » Le communiqué a ainsi exhorté les populations « à s’abstenir d’effectuer toute transaction financière avec ladite structure dont les activités demeurent interdites sur l’ensemble du territoire national. »

En réponse, la société Amana Transfert & Finance S.A a répliqué le même jour, déclarant qu’elle « dispose d’un agrément unique UMOA de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et du Ministère des Finances de la République du Niger (…) l’autorisant à exercer son activité au Niger et dans les pays de la zone UMOA dont la Côte d’Ivoire fait partie ».

Amana Transfert & Finance S.A a souligné, par ailleurs, qu’elle n’avait reçu aucune correspondance officielle de la part des autorités ivoiriennes à la date du 24 avril. La société a également mentionné avoir engagé les procédures de création de succursales conformément à la législation en vigueur, avec des échanges en cours avec la commission bancaire pour les pays de l’UEMOA.

« AMANA TRANSFERT D’ARGENT & FINANCE S.A a toujours exercé ses activités dans la transparence et le respect de la réglementation. À ce titre, nous avons toujours maintenu une posture d’ouverture et de respect de la réglementation en répondant aux sollicitations des autorités compétentes de tous les pays de l’UEMOA », indique le communiqué.

La société a affirmé son respect total des réglementations en vigueur et sa transparence dans ses activités, y compris ses déclarations régulières à la BCEAO. Elle a exprimé sa disponibilité au dialogue avec les autorités ivoiriennes « pour répondre à leurs préoccupations ».

La Rédaction

A propos de DIM 875 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*