Déclaration: La Révolution démocratique (RD) dénonce « l’infantilisation et l’instrumentalisation du peuple par des forces politiques »

Une vue du directoire de la RD

Depuis quelques semaines, la situation sociopolitique nationale connait une inquiétante évolution caractérisée singulièrement par une descente dans la rue de deux grandes tendances politiques détachées, depuis belles lurettes, des préoccupations légitimes et inaliénables du peuple nigérien.

En effet des marches et contre-marche sont organisées au motif de lutter contre la loi des finances 2018 ou de la soutenir.
Ainsi, d’une part :​
Les opposants politiques, les candidats précoces et illuminés à la présidentialité, les mercenaires, les vendeurs d’illusions, les sous-traitants, les doubles-faces, s’offrent la qualité de Peuple, harnachent la loi des finances pour faire prospérer une stratégie de pourrissement devant conduire, à terme, à l’ingouvernabilité du pays et ouvrir possiblement la voie à des processus non démocratiques et républicains.
D’autre part,
Un personnel politique au pouvoir, suffisamment et brusquement repu, qui a brillé par son absence d’empathie et de responsabilité face à la misère que moud le peuple au quotidien et qui a ainsi profité de l’exercice du pouvoir pour s’enrichir et rendre le pays exsangue.
Ainsi, les guristes, leurs alliés, les militants de la 25ème heure du parti au pouvoir, profitent d’un débat, certes légitime, sur la loi des finances pour protéger leurs intérêts et empêcher la nouvelle inflexion revendiquée par les populations nigériennes et enfin prônée par le Président de la République à l’occasion de son discours du 15 février tendant à une meilleure gouvernance au Niger.
Ainsi les deux camps prennent le Niger, son peuple et même le Président de la République en otages car protégeant désormais leurs « butins », leurs places aux hautes fonctions de l’Etat ou aspirant à accéder au pouvoir pour perpétuer les travers actuellement décriés.
Face à cette arnaque et la descente aux enfers qu’elle induira nécessairement, la Révolution Démocratique fidèle à son option et engagement originels :
1- Demande la fin de l’infantilisation et l’instrumentalisation du peuple par des forces politiques qui ont, toutes, montré la limite objective de leur capacité à satisfaire les besoins fondamentaux des nigériens.
Pour preuve :
– Qui s’occupe efficacement, aujourd’hui, du sort des enseignants révoqués ?
– Qui se préoccupe de la déliquescence avancée du système éducatif ?
– Qui lutte autour du triste sort des agents de santé qui trainent un chapelet d’arriérés de salaires ?
– Qui se débat pour les jeunes refoulés des sites aurifères ?
– Qui agit fermement pour retrouver nos sœurs et enfants enlevés à N’Galewa ?
– Qui s’offusque de la crise énergétique qui se traduit par d’intempestives coupures d’eau et d’électricité ?
– Qui se mobilise pour trouver des réponses à la famine qui menace et vide nos campagnes ?
Tous ou presque sont aux abonnés absents, tous abonnés au TOUT politique !
Les mascarades organisées par les différents faciès de l’opposition et la contre-marche menée par le pouvoir, doivent impérativement cesser.
Le peuple attend, il attend des solutions à ses souffrances.
2- La RD considère que l’exigence citoyenne par rapport à la loi des finances est celle de la bonne gouvernance et de l’affectation des ressources aux besoins sociaux des nigériens.
La promotion de l’incivisme fiscal et la logique stricto-contestataire sont contre-productives dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations nigériennes, de la conquête continue de notre souveraineté et de l’édification d’un Niger de solidarité et de justice sociale.
Le gouvernement doit s’y consacrer exclusivement, sa place n’est pas dans la rue.
3- La RD rappelle son engagement à préserver et défendre la Démocratie et la République contre toutes velléités, d’où qu’elles viennent, tendant à les fragiliser ou à les compromettre.
4- La RD appelle les nigériens à plus de sérénité, à se démarquer de ces deux tendances fondées sur les intérêts personnels et rentiers.
5- Enfin, au regard de la crise universitaire imposée et entretenue par certains enseignants du SNECS, la RD apporte son indéfectible soutien aux étudiants et exige la fin de la prise en otage des fils du peuple et de leur avenir par des enseignants inscrits dans un processus de fragilisation voire de liquidation de la structure mère de la démocratie nigérienne qu’est l’USN.

Vive le Niger uni et solidaire,
Vive la République
Abas les farceurs
Vive la Révolution démocratique

Fait à Niamey, le 8 mars 2018
Le directoire de la RD

A propos de DIM 188 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*