Sahel, Libye, migrants, démographie… Emmanuel Macron en quête de « nouvelles alliances »

Le président français Emmanuel Macron a reçu le 27 août l’ensemble des ambassadeurs français à l’Élysée pour un discours sur la stratégie internationale de la France. L’Afrique du Nord et le Moyen-Orient ont tenu une place de choix dans son allocution.
Après un discours liminaire très axé sur le rôle économique et commercial des ambassadeurs dans la défense des intérêts de la France, pointant notamment « une culture du résultat insuffisante », le président français Emmanuel Macron a abordé les grandes problématiques diplomatiques et stratégiques mondiales, déplorant « le réveil des nationalismes » et la crise d’un multilatéralisme « remis en cause par des puissances autoritaires qui fascinent de plus en plus ». Le président français a ainsi affirmé sa volonté de « construire de nouvelles alliances ». « Les circonstances testent la résistance de nos principes », a-t-il également affirmé.

Aide au développement

S’il fallait retenir une petite phrase de cette partie du discours, ce serait sans doute celle-ci : « Partout où la démographie flambe, c’est que l’éducation des jeunes filles a reculé. Qu’on me présente des jeunes femmes qui ont choisi d’avoir sept ou huit enfants ». Emmanuel Macron a persisté et signé, réaffirmant l’engagement français à l’aide à l’éducation des jeunes filles sur le continent africain.
Annonçant le déblocage d’un milliard d’euros de dons pour l’aide publique au développement, le chef de l’État français a appelé à faire de cette dernière une « politique d’investissements solidaires », respectant les intérêts français et la volonté de développement. « L’Afrique est notre alliée dans l’invention du monde de demain », a-t-il ajouté.

Sécurité

En matière sécuritaire, Emmanuel Macron a en outre salué les victoires de la force française Barkhane et l’engagement de la force de l’ONU au Mali (Minusma) et du G5 Sahel, que la France continuera d’appuyer. « Nous avons obtenu des victoires importantes ces derniers mois au Sahel. Cette action doit se poursuivre, en complétant Barkhane et en soutenant le G5 Sahel, seule solution qui, dans la durée, permettra la sécurité de la région », a expliqué le président français.
« Nous devons accentuer notre coopération avec l’Algérie, mais aussi avec le Nigeria et le Cameroun, qui luttent contre Boko Haram », a poursuivi le chef de l’État. « Jamais nous ne parviendrons à gagner nos défis sans l’Afrique (…). Il faut construire un nouvel imaginaire entre la France et le continent africain. C’est l’une des clés du rééquilibrage de notre relation », a-t-il encore ajouté.

Libye

Emmanuel Macron a également souligné la nécessité de stabiliser la Libye pour sécuriser la région. Le président français s’est d’ailleurs félicité des menées de la France en matière de médiation interlibyenne, évoquant la rencontre entre le Premier ministre Fayez al-Sarraj et le maréchal Khalifa Haftar à la Celle Saint-Cloud en juillet dernier, ainsi que l’accord de Paris en mai dernier qu’il a appelé à « faire cheminer » sans préciser les modalités de tenue des prochaines élections prévues en décembre.
Il a souligné la nécessité de lutter contre les « routes de la misère et du terrorisme », évoquant les divers trafics en Libye. « Je crois très profondément en la restauration de la souveraineté libyenne », a-t-il déclaré, avant de répéter le soutien de la France « au remarquable travail de l’émissaire de l’ONU, Ghassan Salamé, pour éviter toutes les tentations de division dans ce pays devenu le théâtre de toutes les influences et des intérêts extérieurs. »

Crise migratoire

Emmanuel Macron a évoqué le sujet des migrants et de la crise méditerranéenne. « Ces dernières semaines, ce n’est pas une crise migratoire auquel fait face l’Europe, c’est une crise politique (…), une crise de la solidarité européenne que nous avons créée par notre passivité », a dénoncé le président français, critiquant les positions des gouvernements italien et hongrois. « Il y a une politique d’immigration à construire au niveau européen, en partenariat avec l’Afrique », a-t-il conclu.

La « lutte contre le terrorisme islamiste »

Le président français a plus particulièrement évoqué la « lutte contre le terrorisme islamiste », rappelé le travail réalisé contre son financement, notamment lors de la conférence « No money for terror », organisée à Paris en avril dernier, et a confirmé la tenue d’une seconde conférence de ce type en 2019, cette fois en Australie.
Il a également rappelé que la lutte contre le terrorisme devait s’accompagner de mesures pour le développement et l’éducation, « en matière agricole » notamment : « Le terrain repris à l’ennemi doit s’accompagner de nouveaux projets qui doivent ouvrir des perspectives économiques et éducatives aux populations ».
« Qu’est-ce qui a permis depuis plus de quinze ans de faire prospérer des groupes terroristes ? La misère économique, les régimes autoritaires, la corruption généralisée, mais aussi le non-respect de la souveraineté de ces pays par des puissances étrangères qui a nourri le discours anti-occidental », a-t-il admis.

Syrie

Le président français a longuement parlé du dossier syrien. Il y a déploré une « situation grave et préoccupante », le régime menaçant de créer « une nouvelle tragédie humanitaire dans la région d’Idlib ». Il a répété que seule une « solution politique inclusive » était viable. Emmanuel Macron a également défendu l’action humanitaire de la France, notamment les opérations controversées menées en collaboration avec la Russie, « en ne cédant rien à nos principes ». Le président français a tenté de battre en brèche l’idée que la France serait désormais en retrait sur le dossier syrien et s’est félicité du fait que « la France a été la première à proposer un rapprochement des positions des États arabes et occidentaux d’un côté et celles des trois pays d’Astana de l’autre (Russie, Iran, Turquie) ».
Il a annoncé une nouvelle réunion interministérielle du Small group (Allemagne, Égypte, États-Unis, le Royaume-Uni, l’Arabie saoudite et la Jordanie) en septembre. « Nous avons aussi renforcé le dialogue avec la Turquie sur la Syrie à un niveau jamais atteint, malgré nos divergences de fond sur la région du Nord-Est ». Il a confirmé le rôle de François Sénémaud, son représentant personnel sur la Syrie fraîchement nommé.
Le président français a mis en garde contre ceux qui voudraient « faciliter ce qu’ils appellent un retour à la normale. Assad resterait au pouvoir et les réfugiés (…) rentreraient chez eux. (…) Un tel scénario serait une erreur funeste : qui a provoqué ces millions de réfugiés ? Qui a massacré son propre peuple ? Il n’appartient pas à la France de désigner les futurs dirigeants de la Syrie. Mais c’est notre devoir et notre intérêt que de nous assurer que le peuple syrien sera bien en situation de le faire », a-t-il déclaré, affirmant la nécessité de renforcer la pression sur le régime syrien et ses alliés.
Il a également annoncé qu’il s’exprimerait dans les prochaines semaines sur les autres grandes crises du Moyen-Orient : nucléaire iranien, crise du Golfe, guerre au Yémen et conflit israélo-palestinien.

J.A

Photo d’Illustration : D.R

A propos de DIM 212 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*