Agadez : Le PP2E forme les acteurs locaux à la maîtrise d’ouvrage

Du 07 au 12 novembre 2018, des acteurs locaux de la région d’Agadez ont été formés à l’entretien des routes rurales en vue de rendre effectifs les transferts des compétences aux communautés à la base. La composante 3 du Programme de la Promotion de l’Education et de l’Emploi (PP2E) prévoit la réhabilitation des pistes d’accès et de désenclavement en vue d’améliorer les activités socioéconomiques et la mobilité des populations sur la base d’un schéma régional des routes rurales. Cela passe par la réalisation des pistes rurales et intercommunales allant des zones de production vers les marchés et les axes intercommunaux. Ce sont cinq communes des départements d’Iférouane et de Tchirozérine à savoir Tchirozérine, Dabaga, Tabelot, Iférouane et Timia qui sont provisoirement ciblées par la composante 3 du PP2E dans la région d’Agadez. Le programme a comme objectif d’améliorer les conditions de vie et de développement des populations de la région d’Agadez afin de renforcer la stabilité de la région dans un contexte de lutte contre la migration irrégulière.
Pour Assalek Amoumane,Coordonnateur régional du PP2E Agadez : « ce programme diffère des projets jadis connus par son innovation consistant à créer des COGES dont la mission serait essentiellement de générer des fonds qui leur permettraient plus tard de pouvoir réhabiliter les pistes si elles arrivaient à se dégrader ».
Boubacar Boureima assistant technique au ministère de l’équipement a expliqué de fond en large l’objectif assignée à la formation prévue se dérouler autour de quatre modules qui sont : présentation du projet PP2E et présentation de la composante 3 dudit projet axée essentiellement sur la réhabilitation des routes rurales ; ensuite sera faite la présentation du ministère de l’équipement et de ses différents services. Le dernier module traite de la nouvelle stratégie de conception, construction et entretien de routes rurales sur l’ensemble du pays. Car le transfert des compétences se fait de l’Etat (entité centrale) aux communes (structures de base). Pour le technicien Boubacar Boureima « la route est l’ouvrage le plus cher dans le monde. C’est un investissement important qui coûte très cher. C’est pourquoi pour pérenniser une route, il faut veiller à l’entretenir. Car une route sans entretien est comme une rivière sans poisson ».
Cette formation vient à poings nommés pour les populations de ces communes qui sont plus que jamais décidées à tourner la page sombre d’un passé à jamais révolu en participant activement à la prise en mains de leur destin.

CHEHOU Azizou

A propos de DIM 256 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*