Projet Irhazer : Six aménagements hydro agricoles communautaires réalisés

La 5ème session ordinaire du Comité de Pilotage d’Appui au développement local de l’Irhazer, du Tamesna et de l’Aïr a eu lieu à Agadez du 8 au 11 décembre 2019. Il s’est agi au cours de cette rencontre d’évaluer les activités menées en 2019 par le projet et plancher pour celles à venir en 2020. Notons que le Plan de travail 2019 a été placé sous la reprise effective des activités du projet afin d’améliorer ses performances. Notons qu’au titre de l’année qui finit, 11 hectares ont été aménagés, 83 hectares ont été mis en valeur, 400,16 tonnes d’équivalent céréalier produit, 163, 32 tonnes de luzerne produites…etc.
A l’entame de la cérémonie, le gouverneur de la région d’Agadez Sadou SOLOKE a tenu à saluer les efforts du groupe ORANO en ces termes : « Je tiens à saluer l’excellence de la coopération entre le Niger et le groupe ORANO. Le Projet Irhazer a pour objectif de contribuer à la sécurité alimentaire durable pour le développement de l’agriculture irriguée en y intégrant l’élevage. Le groupe ORANO s’est engagé à apporter son appui à notre pays pour aménager et mettre en valeur 1000 hectares dans la vallée de l’Irhazer à travers la signature d’une convention d’une valeur de 11 milliards quatre cent millions de FCFA. A cet égard, au nom du gouvernement et des populations de la région d’Agadez, je tiens à exprimer notre profonde gratitude au groupe ORANO pour ce précieux concours apporté à notre pays. Je profite de cette rencontre pour souhaiter que les activités de ce projet puissent continuer au-delà de 2020. Comme vous le savez la sécurité alimentaire constitue une préoccupation majeure des plus hautes autorités de notre pays. L’atteinte de l’objectif FAIM Zéro d’ici 2021 est un vœu cher à son excellence Elhadj Issoufou Mahamadou, chef de l’Etat ».
M.Boubacar Gaoh Illiassou, Secrétaire général Adjoint du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, abondant dans le même sens explique: « que nous avons examiné la programmation 2019 et ensuite avions été sur le terrain pour rencontrer les exploitants et échangé avec eux ; entendu leurs appréciations du projet et leurs suggestions pour une amélioration plus rentable du projet. Y’a eu certes des difficultés de démarrage au tout début liées à la mobilisation des ressources, à la conception des outils de mise en œuvre. Reconnaissons quand même qu’à partir de la troisième année, le Projet a quand même pu démarrer et arriver à une vitesse de mise en œuvre acceptable. Le bilan que nous faisons est satisfaisant pour les producteurs de la région d’Agadez en termes d’aménagements, en termes de mobilisations des eaux, commercialisation des produits ».

Six aménagements hydro agricoles communautaires réalisés

Dans le cadre de ce projet, six aménagements ont été réalisés. Trois d’entre eux ont été transférés à l’ONAHA en avril 2018 et d’autres suivront cette année. Comme l’a si bien souligné le Gouverneur d’Agadez Sadou SOLOKE : « l’atteinte de l’objectif FAIM ZERO d’ici 2021 n’est possible qu’à travers le développement et l’extension de l’irrigation », et pour ce faire des efforts immenses sont déployés. Les populations sont suffisamment sensibilisées pour pérenniser cette dynamique.

Pour s’en rendre compte, il faut visiter le périmètre irrigué de Tiguirwit. En effet, à une soixantaine de kilomètres à l’Ouest d’Agadez, sur ce périmètre, des hommes et femmes, éleveurs depuis les temps les plus immémoriaux, se transforment petit à petit en maraichers. « Les temps ont changé, les aires de pâturages s’amenuisent au jour le jour et sont moins généreuses pour les hommes et leur bétail. Il nous faut de nouvelles alternatives », fait remarquer Mahamoudane, un sexagénaire habitant de Tiguirwit, affairé à défricher son jardin. «Nous avons compris que l’élevage devient de plus en plus difficile  Il nous faut survivre par d’autres moyens et le Projet Irhazer nous l’a fourni à travers ce périmètre irrigué de Tiguirwit », soutient le vieux Mahamoudane .

Pour Salifou Adjira, consultant pour la responsabilité sociétale d’Orano : «  La satisfaction première réside effectivement dans le changement de mentalités qui commence à être perçu auprès des éleveurs qu’on transforme en maraîchers. Ce qui n’est chose aisée. Mais Dieu merci, le nouveau périmètre qu’on vient de démarrer marche nettement mieux que les anciens périmètres du fait d’un encadrement soutenu de l’équipe Projet et des différents acteurs. Les résultats sont certes mitigés car nous n’avons pas atteint les résultats escomptés, mais nous sommes sur la bonne voie ».

Relever le défi de l’autosuffisance alimentaire

Munis des houes et hilaires, ces anciens éleveurs que le cycle de longues sécheresses a appauvri, labourent le sol du périmètre irrigué pour cultiver des céréales, tubercules et fourrages. Pour M. Moussa du Projet Irhazer  : « l’objectif est de faire de ces terres arables, des vrais champs de cultures à même d’assurer l’auto suffisance alimentaire à toutes ces populations ».

Pour l’année 2020, le Projet prévoit la finalisation des engagements pris en 2019 au niveau des aménagements transférés à l’ONAHA, l’aménagement de 185 hectares dont 10 hectares pour l’irrigation communautaire, 150 hectares de petite irrigation privée et 25 en grande irrigation privée. Il est prévu en outre la mise en valeur de 290 hectares, de financement de 91 promoteurs privés pastoraux, la réalisation de 11 points pastoraux et la valorisation des produits agropastoraux par la création de deux unités de transformation.

Comme l’a souligné Boubacar Gaoh : «  l’année 2020 verra le démarrage de l’appui des promoteurs privés pastoraux, aux irrigants et la valorisation des produits agropastoraux. Le coût alloué à ces réalisations est de 2.810.048.608 FCFA fruit d’un cofinancement entre le Niger et le groupe ORANO ».

Karim Anicet

Quelques recommandations issues de la rencontre :

– A l’endroit du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage : assurer un suivi rapproché de la mise en œuvre du projet ; mettre en place un mécanisme d’écoulement de la luzerne et soutenir le prix

– A l’endroit de la région d’Agadez : renforcer la synergie des projets sous tutelle intervenant dans la région d’Agadez pour accompagner les aménagements du projet transférés à l’ONAHA

– A l’endroit d’ORANO : poursuivre l’accompagnement du projet vers l’atteinte de ses objectifs

– A l’endroit du projet : introduire dans les meilleurs délais l’avenant par rapport à la prolongation de la durée du projet ; veiller à la mobilisation à temps de la contrepartie de l’Etat par le financement du projet ; renforcer les capacités de l’unité de gestion du projet ; renforcer les capacités des acteurs des communes sur l’acte uniforme de l’OHADA ; créer une synergie avec d’autres projets intervenant dans la zone du projet pour l’élaboration du business plan ; privilégier les techniques économes d’eau d’irrigation sur tous les périmètres crées ou appuyés par le projet ; introduire dans les spéculations les cultures à double usage comme le niébé, sorgho et maïs…etc.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *