Agadez : Le PromAP mise sur la gestion durable des terres pour la protection du potentiel irrigable

 

Une vue d’une berge protégée grâce à l’appui du PromAP

 

 

 

 

 

 

Le Programme de promotion de l’agriculture productive est un programme de la coopération technique allemande GIZ. Il intervient dans trois (3) régions du Niger à savoir Agadez, Tahoua et Tillabéri.
Ce programme vise la mise en valeur durable du potentiel économique de la petite irrigation par les populations rurales touchées dans ses trois (3) régions d’intervention ainsi que la garantie et l’amélioration d’un revenu de base pour les producteurs et productrices.
Parmi les instruments de soutien, il y a l’appui au fonctionnement des groupements féminins, la mise en place des commissions foncières, les comités de gestion des sites aménagés, la promotion des métiers connexes à la petite irrigation, des organisations des producteurs et l’organisation, l’animation des diverses formations visant le renforcement des capacités des groupes cibles.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités, le programme de Promotion de l’Agriculture Productive PromAP II a bénéficié d’un fonds supplémentaire suite à la visite de la Chancelière en fin 2016 au Niger. Ce fond, destiné spécifiquement à la région d’Agadez, a été utilisé pour mettre en œuvre des travaux en Haute Intensité de Main d’Œuvre (HIMO) pour la gestion durable des terres et protection de l’environnement au niveau de certaines vallées potentielles de la région sous forme de cash for work.

M. Bachar Mouhamad, coordonnateur régional PromAP

 

 

 

 

 

 

Pour Bachar Mouhamad, coordonnateur régional du PromAP : « L’approche d’intervention adoptée par le PromAP est basée sur l’implication des différents acteurs, ce qui a favorisé la réussite de la mise en œuvre des différentes activités. Ces activités consistent entre autres, à la récupération des terres dégradées à travers les demi lunes, la protection des berges pour lutter contre les inondations et limiter la dégradation des terres des cultures, les cordons pierreux, la formation des jeunes aux métiers environnementaux (tressage de gabion par exemple), l’élaboration des schémas d’aménagement…etc ».

A Agadez, les premières vallées qui ont bénéficié de ces appuis sont celles de Gofat Est, Boughol, Tidène, Tchintaborak et Attri. Environ 18 206 ml (19 km) des berges ont été protégées en gabions et pierres sèches, ce qui équivaut à environ 427 exploitations agricoles sécurisées pour une superficie estimée à 789,69 ha. 124 Tresseurs de gabions et 196 maçons ont été formés. 631 ha de terres dégradées ont été valorisées au moyen des demi-lunes. Ces actions de gestion durable des terres ont permis d’apporter des revenus monétaires directs (cash) de 503 498 050 FCFA à 13.086 bénéficiaires directs dont 3.248 femmes ; soit 25%.

« Les travaux de protection des berges sur le Telwa sont à plus de 2 km en gabion et en pierres sèches…», précise Bachar Mouhamed, coordonnateur régional du PromAP

Toujours selon le coordonnateur : « L’année dernière (Ndlr : 2019) les travaux se sont concentrés au niveau de la vallée d’Emdigra dans la commune de Tchirozérine. 20 km de protection des berges ont été réalisées et plus de 1000 ha de demi-lune ont été réalisés au niveau des sites de Tchintaborak est, Attri et Maraadi. Cette année (Ndlr : 2020), les travaux de récupération des terres continuent et les actions de protection des berges sont réalisés sur la grande vallée du Telwa. Déjà plus de 1000 ha de demi-lune ont été réalisés au niveau des sites de Tchintaborak, Attri, Intamat, Bainabo, Maraadi et Tezaghan dans la commune de Tchirozerine. Les travaux de protection des berges sur le Telwa sont à plus de 2 km en gabion et en pierres sèches ».

 

A travers l’approche de formation des compétences locales, plus de 400 personnes ont été formées en tressage des gabions et dans la conduite des activités de protection des berges au niveau des vallées d’intervention.

Plus de 400 millions de francs CFA distribués en Cash for work

Depuis janvier 2020, plus de 400 millions de francs CFA ont été distribués dans le cadre de ces activités cash for work entre la protection des berges et les demi-lunes. Il faut préciser que ce sont des fonds qui vont directement dans les ménages. En effet chaque mois le PromAP injecte environ une centaine de millions dans l’économie locale au niveau de la région d’Agadez.

La résilience des ménages renforcée

Vue des opérations de paiement de la main d’œuvre sur le terrain « Cash for Work »

 

 

 

 

 

Les revenus tirés des activités HIMO ont permis aux populations bénéficiaires d’améliorer leurs conditions de vie, de faire face aux périodes de soudure et donc de rehausser l’économie locale. « Ces aides nous sont d’un apport inestimable en tant que mères de familles ! Cet argent nous permet de nourrir les orphelins à notre charge », explique Fatimata, une habitante du village de Tchintaborak-Est.
Idem pour Elhadji Moussé, chef de village d’Attri qui assure en ces termes : « depuis presque deux ans, nos populations sont à l’abri du besoin grâce aux retombées des activités Cash for work ! Même nos jeunes ont compris le bénéfice de ces activités et s’y adonnent à cœur joie ! Ils ne sont plus attirés par le mirage de la migration ou de l’insécurité résiduelle. Vraiment, nous remercions la coopération allemande pour ces initiatives ».

Moussa Ghousmane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *