Niger/Infrastructures routières : les travaux du tronçon Arlit-Assamaka bientôt réceptionnés

C’est en principe le 20 mai 2022 qu’aura lieu la réception provisoire des travaux du marché N°2014/078/DGGT/DMP-DSP relatif à l’aménagement et le bitumage de la route Arlit-Assamaka lot 1(PK0-PK 125) réalisé par le groupement d’entreprises ETPBHGT-GEPCO. En effet, la notification a été faite courant de cette semaine au groupement d’entreprises ETPBHGT-GEPCO par le ministère nigérien de l’Equipement après une réception technique de l’ouvrage intervenue le 13 mai 2022.  Une information confirmée par le mandataire du groupement Abdourahamane Sidi ABDOUL AZIZ, directeur général de l’Entreprise GEPCO. «  Oui, je vous le confirme ! Et cette réception provisoire concerne le lot Arlit-Assamaka, distant de 125 km. Y compris les travaux de voirie prévus sur 6 km dans la ville d’Arlit dont plus de la moitié sont déjà exécutés et lesquels sont une promesse tenue de l’ancien président Issoufou MAHAMADOU lors d’une visite à la population d’Arlit ».

D’un montant de 23.152.622.684 FCFA, ce marché a été notifié le 30 mars 2015 au groupement attributaire et devait prendre fin au bout de 30 mois. Ce qui n’a pas pu se faire en raison de plusieurs difficultés notamment la mise en œuvre tardive de la convention de sécurisation du chantier signée le 25 avril 2016 entre le groupement ETPBHGT-GEPCO et l’armée nigérienne afin de garantir la sécurité du site.

 

Malgré le retard accusé, la réception de cet axe boostera à coup sûr l’économie de nos deux pays en général et de la région d’Agadez en particulier. Un grand ouf de soulagement pour les usagers de cet axe qui permettra la fluidité des échanges entre le Niger et l’Algérie. Les échanges commerciaux se feront désormais en un temps réduit et sur cet axe désormais viable s’implanteront sûrement des nouveaux villages à l’image de celui d’Assamaka.

 

Rappelons que la route transsaharienne relie, du nord au sud, Alger à Lagos en traversant l’Algérie, le Niger et le Nigéria. C’est un projet né de la volonté des chefs d’Etats africains qui voulaient, au lendemain des indépendances, reconstituer les échanges à travers le Sahara. Il vise deux objectifs à savoir celui de désenclaver et faire participer au développement les zones sahariennes déshéritées et créer des conditions de transport favorables aux échanges commerciaux régionaux.

Avec l’achèvement du tronçon Arlit-Assamaka (PK0-PK 125), c’est un grand pari de désenclavement qui vient d’être gagné par l’Etat du Niger et ses partenaires.

Ibrahim Manzo DIALLO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.