COMMUNIQUE DE PRESSE DE SOMIDA SA

 

La Société Minière de DASA – SOMIDA a l’honneur de porter à la connaissance du public ce qui suit :
Créée le 11 Août 2022 pour l’exploitation d’Uranium du permis de In Boukatt, les capitaux de SOMIDA sont détenus à 20% par l’État du Niger et 80% par Global Atomic. Elle hérite du permis d’exploitation de In Boukatt, lui-même faisant partie du Permis de Recherche d’Adrar Emoles 3 détenu par Global Atomic depuis 2007.
Le Permis d’exploitation de In Boukatt : Il est situé dans le département de Tchirozerine à la limite des communes de Tchirozèrine et celle de Dannat dans le département d’Arlit. Le site minier est à 5 km à l’Est de la RT (RN25) au niveau du village de Tagaza.
Les études de faisabilité du gisement de DASA dont les travaux préparatoires à l’exploitation ont démarré en janvier 2022, prévoient une durée d’exploitation d’au moins 12 ans en mine souterraine avec une usine de traitement du minerai qui produira de l’oxyde d’uranium à un rythme de 1300 tonnes d’uranium par an.
Cette durée correspond à 20% des ressources connues à ce jour, ce qui laisse présager une durée d’exploitation plus longue. Le 1er tir qui consacrera le creusement de la descenderie d’accès au gisement est prévu le 5 novembre 2022. La construction de l’usine est prévue démarrer en fin 2023 et la production d’uranium en début 2025.

Sur le plan de l’emploi, SOMIDA compte s’appuyer sur le savoir-faire acquis par les Nigériens dans l’exploitation de l’uranium depuis des décennies et ne faire appel a l’extérieur que pour des expertises non disponibles sur place.

Le bilan des actions de recrutement est à ce jour le suivant :
– 32 postes à des emplois non qualifiés sont déjà créés et occupés 100% par des locaux,
– 65 postes d’emplois qualifiés créés dont 50 des titulaires (77%) sont ressortissants de la région ; sur ce point, ces postes ne peuvent être attribués qu’à du personnel justifiant une qualification en travaux miniers souterrains et une expérience professionnelle, pour des raisons de sécurité au travail et de sensibilité du matériel à utiliser; cependant 5% de cet effectif sera recruté dans du personnel non expérimenté pour suivre un programme d’apprentissage dont les esquisses sont déjà définies mais reste à être validées de concert avec les autorités locales ;
– les embauches se poursuivront progressivement en 2022, 2023 et les années suivantes avec un pic pour lors des travaux de construction de l’usine à partir de 2ème semestre 2023.

De façon générale l’entreprise fait du Contenu Local au plan humain et économique un axe fort de sa politique d’implantation. C’est ainsi que les travaux préparatoires lancés à partir de janvier dernier ont été exécutés à 100% par des entreprises locales avec du personnel local, et ont coûté plus de 1,4 milliards de FCFA.

Une vraie politique de contenu local est en cours de formalisation.

SOMIDA fait du respect des politiques nationales, des lois et règlements de ce pays un credo et cherche les voies et moyens de les traduire en actes concrets sur le terrain.
A ce titre une Étude d’Impact Environnemental et Social a été conduite conformément au canevas édicté par la réglementation en vigueur et cette étude a abouti à l’attribution du Certificat de Conformité Environnementale (CCE) par les autorités compétentes.
Un Programme de de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) est en place avec les mécanismes de suivi prévus à cet effet.
SOMIDA développe une relation de bon voisinage avec les communautés autour du Site, recueille régulièrement leurs préoccupations et réfléchit à comment les prioriser et les intégrer dans le PGES.

Mais elle rappelle qu’elle reste une entreprise privée dont la survie dépendra de ses résultats économiques. Ceci passe par le respect du calendrier de construction du projet qui mise sur des ressources humaines qualifiées.
C’est le respect de ce calendrier qui permettra à l’entreprise d’arriver à la phase de production, génératrice de richesse synonyme de revenu et d’emplois induits pour le Niger.
Les démarches pour boucler le financement du projet sont en cours et une équipe internationale d’audit vient de séjourner sur le site et à Niamey pour vérifier les hypothèses du projet afin d’émettre un avis pour les bailleurs. L’équipe est repartie rassurée par ce qu’elle a vu et entendu.
SOMIDA espère qu’aucune action ne vienne entraver cette dynamique, porteuse d’espoir pour la Région d’Agadez et pour le Niger.

Le Service Communication
26 Octobre 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *