Agadez : clôture du projet ACERA, une des composantes du programme D.E.S.E.R.T. dans la région d’Agadez

Le 24 Janvier 2023, la Maison de Jeunes et de Culture Laya d’Agadez avait servi de cadre pour les travaux de l’atelier de clôture du Projet « Agropastoralisme et Création d’Emploi dans la Région d’Agadez » (ACERA), une des composantes du programme D.E.S.E.R.T. (Durabilité de l’Environnement et Stabilisation Economique sur la Route de Transit) financé par l’UE à travers le Fonds Fiduciaire d’Urgence pour l’Afrique à la hauteur de 13.750.000 Euro et mise en œuvre par l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) en étroite collaboration avec l’ONG TERRE SOLIDALI.

Le Projet ACERA a intervenu dans quatre communes de la Région d’Agadez au Niger, à savoir la commune d’Aderbissinat, Tchirozérine, Dabaga et Agadez où d’importantes réalisations ont été faites à la grande satisfaction des populations.

La rencontre du 24 janvier 2023 avait regroupé les partenaires techniques et financiers, les bénéficiaires et les autorités locales, et a consisté à la clôture du projet ACERA, composante axée sur le secteur clé de la valorisation agro-sylvo-pastorale à travers la réalisation des ouvrages d’aménagement des mares et des bassins versants et la création d’emploi.. Selon le Représentant de l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS), M. Daniele Batosti, « les résultats du projet ACERA sont satisfaisants ».

Par ailleurs, il a été également constaté l’implication effective de tous les acteurs (bénéficiaires, autorités locales) et à tous les niveaux dans la mise en œuvre du projet.

Participants au cours de l’atelier 

Au cours de la rencontre, plusieurs réalisations ont été passées en revue, et les bénéficiaires se disent satisfaits. Selon les différents intervenants, le projet a permis la création d’emplois pour les jeunes et femmes. Comme en témoigne M. Alhousseini Abouhamid, vice-Maire d’Aderbissinat : « Nous avons bénéficié des magasins de stockage de céréales qui ont été construits et ravitaillés. Présentement, nous avons 4 magasins construits et ravitaillés. Nous avions également bénéficié des bandes pare-feu qui, au début, étaient en réalité des couloirs de passage et nous avions émis le vœu que ça soit des bandes pare-feu pour préserver les productions fourragères chaque année. C’est ce qui a été fait », se réjouit M. Alhousseini Abouhamid, vice-Maire d’Aderbissinat. « Et ces bandes pare-feu, en dehors du caractère de prévention de feu de brousse, elles ont permis la création de l’emploi de jeunes », indique-t-il. « Le projet a également financé le sur-creusage de la mare de Tchintaborak où la population riveraine a été employée comme main d’œuvre. Nous avions également bénéficié de la mise en place d’un cadre de concertation dans le domaine de la gestion des ressources naturelles », ajoute le vice-Maire d’Aderbissinat.

Produits transformés par les femmes 

Pour Haba, présidente des femmes de Teghazart, « à notre niveau, nous avons bénéficié d’un centre de transformation des produits agroalimentaires, des magasins et leurs ravitaillements. Les femmes ont eu de l’emploi. Aujourd’hui, on ne stocke plus du blé à Teghazart. On le transforme et il se consomme directement ».

Récupération des terres avec la technique de demi-lune réalisées par ACERA

Selon son représentant, le village de Tessouba, commune de Tchirozérine, a quant à lui bénéficié « des barrages, des puits horticoles au profit des jardiniers et un puits pastoral équipé d’un système avec des énergies solaires pour le village, des magasins de stockage construits et ravitaillés, des engrais, des semences …etc. ». La population a aussi bénéficié de plusieurs formations, notamment dans le domaine de gestion, a fait savoir le représentant du village.

Ouvrage hydraulique en gabion réalisés par le projet ACERA

À noter que le programme DESERT, mis en œuvre par l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS) à travers le Fonds Fiduciaire de l’Union Européenne pour l’Afrique, est financé à hauteur de 13 750 000 euros. Le programme a travaillé à travers quatre différents projets dans les régions de Tahoua et Agadez, avec un focus sur le développement de l’agropastoralisme et de la création d’emploi. L’objectif étant de « contribuer à la stabilité régionale et à une meilleure gestion des migrations en accroissant les opportunités économiques et le développement local à travers une gestion durable de l’environnement ».

Photo de famille de l’atelier 

Ahmadou Atafa 
Aïr Info

A propos de Ahmadou Atafa 448 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*