C.R de Dannat/Arlit : Sensibiliser les populations sur les conséquences de l’exploitation de l’uranium

Ce samedi 25 mars 2023, une mission du Collectif des acteurs de la société civile d’Agadez, s’est entretenue avec les populations de la commune de Dannat. Objectif ! Les sensibiliser sur les conséquences de l’exploitation de l’uranium et surtout son impact sur l’environnement.  » En sensibilisant les chefs traditionnels, les associations des femmes et celles des jeunes, nous espérons une prise de conscience collective », affirme M. Alassan, président dudit Collectif.

Cette démarche hautement citoyenne vient après le retentissant procès intenté par la société civile d’Agadez à la Société des mines de Dasa( SOMIDA), et fait suite aussi au cri d’alarme lancé en janvier dernier par la Commission de recherche et d’informations indépendantes sur la radioactivité (Criirad), qui déclarait que les déchets de la Cominak, filiale Orano, estimés à plus de 20 millions de tonnes de boue radioactive, mettaient en danger l’environnement du site mais aussi la nappe phréatique alimentant la ville d’Arlit.

Ces échanges directs avec la population que faisaient depuis quelques années déjà les acteurs de l’ONG Aghir’man de Almoustapha Alhacen, sont importants pour sensibiliser les populations qui sont pastorales dans leur majorité.

« Se taire, c’est être complice de ce qui se passe sur nos terres. Ce que ces sociétés font n’a aucun visage humain mais elles se targuent du badge d’impunité qui leur a été gracieusement offert par le politique nigérien « , s’indigne un autre acteur de la société civile.
Et ce dernier d’expliquer que le seul procédé d’exploitation que ces sociétés utilisent détruit l’aquifère et l’environnement. il s »agit d’injecter dans le minerai, grâce à un conduit, des solutions alcalines, comme celles préparées à partir d’hydrogénocarbonate de sodium, ou bien des solutions acides. L’uranium est alors séparé du minerai dans le sous-sol, puis la solution obtenue est pompée jusqu’à la surface, où l’uranium est récupéré. D’ici peu, aucune vie humaine, animale ou environnementale ne sera possible dans notre région ».

Notons que le choix de la commune de Dannat n’est pas fortuit car à quelques encablures de là se trouve la mine d’Imouraren qui compte reprendre ses activités en utilisant un procédé d’exploitation qui comporte des risques.

Soucieux de la préservation de la vie humaine et la survie de l’environnement pour les générations actuelles et futures, le Collectif de la société civile d’Agadez promet de continuer la bataille sur tous les fronts : juridique et communautaire.

Karim Anicet

A propos de DIM 878 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

1 Comment

  1. Assalam! Il est nécessaire de sensibiliser les populations concernées de ces dangers car ils impactent sur la société car l environnement est très pollué . Bien que certains sont conscients de ces méfaits mais on ferme les yeux en visant certains interets.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*