La France appelée à lever les obstacles aux associations et ONG au Sahel

Un collectif de responsables d’associations de solidarité internationale, de citoyens français et de sahéliens de la diaspora en France a lancé, la semaine dernière, un « appel citoyen » en « soutien aux peuples du Sahel ». À cet effet, il demande à l’État français de lever les contraintes empêchant les associations et ONG de poursuivre leurs activités au Sahel.

Dans une déclaration, le collectif dit apporter son soutien aux peuples du Sahel (Burkina Faso, Niger et Mali) victimes, dit-il, de « l’insécurité, l’urgence alimentaire, les difficultés économiques, et parfois la fermeture des écoles ».

Les signataires de la déclaration demandent, par ailleurs, à l’État français de « permettre aux associations, ONG, de continuer leurs actions de solidarité, en coordination avec leurs partenaires locaux ; mais aussi de lever autant que possible les contraintes qui empêchent d’agir ensemble : visas, flux financiers ». Aussi, demandent-ils toujours à l’État français « d’encourager les institutions et collectivités locales qui continuent à soutenir nos échanges avec nos amis, amies et partenaires du Sahel ; et de permettre ainsi de participer à un réel développement au profit des populations locales ».

Le collectif indique que « nos amis du Sahel ont lancé l’appel suivant : « Ne nous oubliez pas », « Ne nous laissez pas tomber » » avant d’appeler à l’unité « pour des relations amicales et solidaires ».

Des pressions…

Depuis la prise de pouvoir par des militaires – hostiles à la politique française en Afrique – dans les 3 pays du Sahel, la France n’a cessé d’exercer une sorte de pressions, ou même de « chantages », sur ces pays pour y sauver ses intérêts. En plus de son appui budgétaire, elle a suspendu, voire coupé, son aide publique au développement au Sahel impactant ainsi les actions des ONG, associations et sociétés civiles. Ce qu’ont dénoncé en fin septembre quelques 184 associations qui s’indignent et s’inquiètent de la situation. Après la suspension de délivrance de visas, même aux étudiants, Paris est allée encore plus loin dans ses pressions en interdisant toute coopération culturelle avec le Burkina, le Mali et le Niger.

Ainsi, le bras de fer entre la France et les juntes sahéliennes qui ont aussi mis fin à des coopérations, dont militaires, avec leur ancien colonisateur, ne fait que perdurer. Mais malgré tout, le collectif d’associations de solidarité internationale, des citoyens français et de sahéliens de la diaspora en France appelle à ce que les autorités françaises lèvent les obstacles qui freinent les actions des ONG et associations au Sahel. Les 3 pays saheliens concernés faisant aussi face à des pressions terroristes en dépit des efforts conjugués des autorités militaires au pouvoir qui ont créé l’Alliance des États du Sahel (AES) pour contrecarrer les actions des groupes armés.

A propos de Ahmadou Atafa 489 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

1 Trackback / Pingback

  1. Niger : l’UE adopte un cadre des sanctions contre les individus et les entités  – Aïr Info

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*