Médias – Niger : la journaliste Mas-oudatou Sanda de Sahara FM d’Agadez reçoit le premier prix de meilleure production radio sur les Droits Humains 

En marge de la célébration de la 10ème édition de la journée nationale de la liberté de la presse, ce 30 novembre, la maison de la presse a récompensé les meilleures productions journalistiques sur les Droits Humains. Notre consœur Mas-oudatou Sanda de la Radio Sahara Fm (Groupe de presse Aïr Info d’Agadez) a reçu le premier prix de la catégorie Radio. 

C’est le fruit de son œuvre intitulée « la nouvelle forme de mendicité à Agadez« . Il s’agit d’un reportage qui met en lumière le travail des enfants à Agadez. Ce sont le plus souvent des mineurs qui viennent des autres régions avec – sinon envoyés par – leurs parents ou proches qui les soumettent à d’autres personnes pour des travaux ménagers et/ou à la mendicité. Ce, au détriment de leurs droits, notamment celui à l’éducation. En effet, c’est ce qu’a révélé la journaliste Mas-oudatou Sanda dans son reportage.

Des productions des autres catégories, notamment la presse écrite et en ligne et la télévision ont aussi été primées. Ainsi, pour la catégorie presse écrite et en ligne, le premier prix est revenu à Balkissa Ibrahim Mahamane de Tam-Tam Infos pour son œuvre « le statut de l’enfant naturel au Niger : problématique ou vide juridique ?« . Quant à la catégorie télévision, c’est la réalisation du journaliste Ousseini Hassoumi de la télévision Bonferey, intitulée « Problématique de l’inclusion professionnelle des personnes handicapées au Niger« , qui a été primée.

Les deuxièmes prix reviennent à Manzo Sabo Bachir de l’ANP (catégorie presse écrite et en ligne) pour son œuvre « persistance de pratiques esclavagistes dans certaines parties du Niger : une violation des droits humains » ; Sakinatou Abdou de la Voix du Sahel (Radio) pour son œuvre « La wahaya » et à Issa Karimou Oumarou de Niger 24 (télévision) pour l’œuvre intitulée « l’accès des femmes aux terres : cas des coopératives agricoles de Niamey« .

Les troisièmes prix ont été attribués pour la presse écrite et en ligne à Hassan Zada du journal Toubal Infos de Dosso pour son œuvre « l’esclavage domestique au Niger« ; pour la catégorie Radio à Garba Habibou du Studio Kalangou pour son œuvre « le respect des droits des enfants sourds-muets : comment relever les défis ?  » et enfin pour la catégorie télévision à Hanatou Daouda de la télévision Anfani pour son œuvre intitulée « gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques dans la capitale Niamey« .

À noter que ces œuvres primées ont principalement été réalisées dans le cadre du projet « Fonds de solidarité pour les projets innovants 2022-2023 » financé par l’ambassade de France au Niger et exécuté par la Maison de la Presse. Les journalistes ont bénéficié d’un appui en renforcement des capacités avant de réaliser leurs œuvres.

La cérémonie de remise des prix s’est déroulée en présence du Ministre de la communication, Sidi Mohamed Raliou, du président du conseil d’administration de la maison de la presse, Ibrahim Harouna, et de la représentante de l’ambassadrice des États-Unis au Niger, Kenya Jordana James, cheffe de la section de la diplomatie publique et des relations publiques, porte-parole de l’ambassade des États-Unis au Niger. Des responsables et acteurs des médias, des étudiants en journalisme ainsi que plusieurs autres invités étaient aussi présents lors de la cérémonie organisée en marge de la célébration de la 10ème édition de la journée nationale de la liberté de la presse qui a eu lieu dans la salle des conférences de la maison de la presse.

A propos de Ahmadou Atafa 340 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

1 Trackback / Pingback

  1. Niger : le gouvernement de transition entend améliorer l’environnement juridique et professionnel médiatique  – Aïr Info

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*