Après sa suspension de la Francophonie, le Niger met fin à toute coopération avec l’organisation 

Le Niger a annoncé, dimanche 24 décembre, la suspension de toute forme de coopération avec l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Une mesure de rétorsion face à la suspension du pays des instances de l’organisation. 

Le 19 décembre dernier, le Conseil Permanent de la Francophonie a pris la décision de suspendre le Niger de toutes les instances de la Francophonie. Une décision qui fait suite au renversement du régime de Mohamed Bazoum par le coup d’État du 26 juillet 2023. Ce à quoi a réagi ce dimanche le conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) – organe militaire au pouvoir au Niger – en annonçant à son tour la suspension de toute forme de coopération avec l’organisation internationale de la Francophonie. Une organisation qu’il qualifie de « coquille vide » répondant « aux diktats et aux intérêts de la France ».

Pour le CNSP, en suspendant le Niger de ses instances, l’OIF « se décrédibilise et ne fait que confirmer qu'[elle] a toujours été utilisée par la France comme un instrument pour défendre les intérêts français, et surtout pour faire avancer ses pions [France – ndlr] en Afrique ».

Les autorités militaires du CNSP accusent, par ailleurs, l’OIF d’avoir imposé, à plusieurs reprises, des candidats au poste de secrétaire général de l’organisation. « D’un instrument de réconciliation avec des États en instrument de promotion des positions diplomatiques françaises, l’Organisation Internationale de la Francophonie est devenue une coquille vide qui n’est que l’ombre d’elle-même », a déclaré le CNSP dans un communiqué lu à la télévision par son porte-parole, le Colonel-Major Amadou Abdramane.

Les autorités nigériennes ont, par conséquent, appelé « les peuples africains à une décolonisation des esprits et à la promotion de leurs propres langues nationales conformément, disent-elles, aux idéaux des pères fondateurs du panafricanisme ».

Dans sa résolution, le Conseil Permanent de la Francophonie a décidé, avec effets immédiats, de la suspension de la participation des représentants du Niger aux réunions des Instances de la Francophonie et la suspension de la coopération multilatérale francophone avec le pays. Cependant, l’organisation dit exempter, dans sa décision, les « programmes bénéficiant directement aux populations civiles, et ceux concourant au rétablissement de la démocratie ».

Appelant à la « libération immédiate et sans conditions » du Président Mohamed BAZOUM, des membres de sa famille ainsi que de ceux de son Gouvernement, le conseil permanent de l’OIF a, en outre, exigé le rétablissement rapide de l’ordre constitutionnel et de la démocratie au Niger et appelé les autorités nigériennes à « établir un chronogramme de sortie de transition avec une durée limitée dans le temps ».

A propos de Ahmadou Atafa 340 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*