Niger : les autorités expulsent des membres de la mission européenne EUCAP SAHEL

Les autorités nigériennes de transition ont ordonné vendredi l’expulsion sous 72 heures des membres de la mission européenne EUCAP SAHEL arrivés le 24 janvier à Niamey. La cheffe de la mission au Niger a, elle-même, été refoulée à son arrivée.

C’est le ministre de l’intérieur, le général Mohamed Toumba, qui a formulé et notifié cette décision à la cheffe de la mission, Katja Dominik, par voie officielle. Selon la lettre de notification en date du 26 janvier, 15 personnes militaires de la mission sont concernées, car elles seraient entrées à Niamey « sans informer au préalable le gouvernement du Niger » alors que celui-ci a dénoncé l’accord sur le statut de la mission EUCAP SAHEL.

Selon plusieurs sources, la cheffe de la mission EUCAP SAHEL Niger a, elle-même, été refoulée samedi soir, aussitôt arrivée à Niamey. Ce qui a provoqué la réaction de l’union européenne (UE) qui a dénoncé lundi, 29 janvier, le « refus » d’accès au territoire nigérien à la cheffe de l’EUCAP Sahel Niger.

« L’UE prend note du refus pur et simple d’accorder l’accès au territoire nigérien », à la diplomate allemande Katja Dominik, cheffe de ladite mission, a indiqué une porte-parole de la Commission européenne citée par Mediapart.

Bien que Niamey ait décidé de mettre fin à la mission Eucap Sahel en début décembre, l’UE estime que les accès du personnel de cette mission au territoire nigérien sont garantis dans le cadre d’un plan de retrait de la mission, qui n’a pas été contesté par les autorités du Niger et est en vigueur jusqu’au 3 juin 2024, a rapporté Mediapart.

Selon cette porte-parole, jusqu’à ce jour, l’accord établissant ce plan « prévoit que les entrées et sorties du staff EUCAP soient facilitées ». Elle a, par ailleurs, indiqué que l’UE avait « demandé des explications aux autorités [nigériennes] de transition ».

Depuis l’arrivée du conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) au pouvoir, les relations entre Niamey et l’Europe ne font que se dégrader, particulièrement avec Paris. Selon nos informations, depuis pratiquement deux semaines une mesure visant les citoyens français est instaurée dès leur arrivée à l’aéroport international Diori Hamani de Niamey. Leurs passeports sont confisqués et soumis à un « examen de situation » à la Direction de Surveillance du Territoire (DST). C’est dans ce cadre que le 27 janvier dernier, le français Jean Noël Gentile, Représentant du PAM au Niger, a été refoulé de l’aéroport de Niamey. Toutefois, hormis ce dernier et les membres de la mission européenne EUCAP SAHEL, les autres ressortissants de l’espace européen ne sont, à ce jour, pas du tout inquiétés.
Pour l’instant, nous ignorons le motif de ces mesures prises par le CNSP.

Ibrahim Manzo Diallo
Aïr-Info Agadez

A propos de Ahmadou Atafa 340 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*