Niger : à Agadez, l’Unicef procède au lancement du programme « Cash sécheresse » au profit de 288 ménages de la commune rurale d’Aderbissanat

Du 19 au 20 février 2024, une mission de l’Unicef et du comité régional de pilotage du programme Cash a séjourné dans la commune rurale d’Aderbissanat dans le cadre de la mise en œuvre du programme « Cash sécheresse ». Un programme qui concerne quelques 228 ménages dans la zone.

Selon M. Soufiyane Amadou, chef du bureau de zone Unicef Agadez, l’objectif de ce programme est d’accompagner la résilience des ménages touchés par l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Ce, à travers un transfert monétaire de quatre cycles de paiement par an, à raison de 45 000 F CFA par trimestre. Au total, 27 000 ménages répartis dans 334 villages de 17 municipalités des régions de Tahoua, Maradi, Zinder, Dosso et Agadez en sont bénéficiaires.

Dans la région d’Agadez, ce sont au total 228 ménages de 16 villages de la commune d’Aderbissanat qui sont concernés par ces transferts. Ils ont été identifiés sur la base d’une démarche participative de ciblage. La mission a donc procédé au lancement de ces activités à travers une cérémonie organisée en présence des autorités administratives et coutumières, dont le préfet du département d’Aderbissanat et le maire d’Aderbissanat.

« Lors de cette cérémonie de lancement, l’UNICEF sollicite l’habituel engagement des autorités administratives, des services techniques, des élus locaux et des communautés pour la réussite des opérations de transfert et fonde l’espoir que cela contribuera à atténuer la souffrance des ménages bénéficiaires », a déclaré le chef de bureau de zone Unicef d’Agadez.

Après le lancement, la mission a par la suite supervisé le paiement de la première tranche du cash à l’ensemble des 288 ménages bénéficiaires de la commune.

Il est à noter qu’avant le démarrage de cette activité dans la région d’Agadez, un comité régional de pilotage du cash, un comité communal de gestion des plaintes et 16 comités villageois de gestion des plaintes avaient été mis en place et formés pour une mise en œuvre efficace et transparente du programme. De plus, un partenariat avait été signé avec deux radios locales qui diffusent en langue locale des informations sur la disponibilité de ces mécanismes de réclamation.

A propos de Ahmadou Atafa 399 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*