Niger : les avocats de Bazoum renouvellent leurs demandes après le report des débats sur la levée de son immunité

La Cour d’État du Niger a décidé de reporter au 7 juin 2024 les débats sur la levée d’immunité de l’ancien président Mohamed Bazoum, suite à la demande de ses avocats. Cette décision a suscité une réaction du collectif international desdits avocats, réaffirmant ses demandes en faveur du respect des principes de justice. 

Dans un communiqué publié le 10 mai, le collectif, représenté par les avocats Brahim Ould Ebety, Florence Loan, Mohamed Seydou Diagne, Moussa Coulibaly et Reed Brody, a exprimé sa satisfaction quant à cette décision de la Cour d’État. Les avocats estiment que ce report leur permettra de préparer minutieusement la défense de leur client.

Toutefois, le collectif a rappelé l’urgence de la situation en demandant aux autorités nigériennes et à la Cour d’État de « cesser immédiatement la séquestration illégale du Président Bazoum et de son épouse, Hadiza Bazoum ». Une demande déjà formulée par la Cour de justice de la CEDEAO en décembre 2023.

Les avocats ont également insisté sur leur demande d’accès sans entrave à leur client ainsi qu’à l’intégralité du dossier, afin de garantir une défense adéquate et équitable. Ils souhaitent aussi avoir l’opportunité d’exposer tous leurs arguments contre la levée de l’immunité présidentielle lors de la prochaine audience.

Pour rappel, l’ancien président Mohamed Bazoum est accusé de « haute trahison », « complot ayant pour but de porter atteinte à la sûreté et à l’autorité de l’État », et « apologie du terrorisme ». Les chefs d’accusation pour lesquels les militaires qui l’ont destitué en juillet 2023 veulent le poursuivre.

A propos de Ahmadou Atafa 443 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*