Le Niger maintient la fermeture de sa frontière avec le Bénin pour « des raisons de sécurité »

Le Premier Ministre du Niger, Ali Mahaman Lamine Zeine, a réaffirmé, samedi 11 mai, la fermeture de la frontière nigérienne avec le Bénin pour « des raisons de sécurité ». C’était lors d’une conférence de presse animée à Niamey suite au blocage du pétrole nigérien par les autorités béninoises à Sèmè-Podji. 

Le Niger maintient sa position malgré les appels du président béninois, Patrice Talon, pour normaliser les relations et ouvrir la frontière afin de faciliter l’exportation du pétrole nigérien via le port béninois de Sèmè Kpodji.

Le Premier Ministre a souligné que la frontière reste fermée en raison de la présence de bases françaises au Bénin, où, selon lui, des activités pourraient déstabiliser le Niger. « Nous avons souverainement décidé de garder notre frontière fermée avec le Bénin » car « sur le territoire du Bénin, il y a des bases françaises » et « sur certaines d’entre elles, on entraîne des terroristes qui doivent venir déstabiliser notre pays », a-t-il indiqué.

Lamine Zeine a également accusé les autorités béninoises d’avoir « violé » une « dizaine d’accords » bilatéraux et tripartites, en particulier en ce qui concerne le transport du pétrole brut nigérien. Il a insisté sur le respect des mesures réglementaires et des accords conclus pour superviser la construction et l’exploitation du pipeline reliant le Niger au Bénin. Il a cité plusieurs accords, y compris ceux avec la Chine, qui, pour lui, n’ont pas été respectés par les autorités béninoises.

Les relations entre le Niger et le Bénin se sont détériorées suite au coup d’État du 26 juillet 2023, lorsque le Bénin a respecté et soutenu les décisions de la CEDEAO contre le Niger, y compris l’idée d’une intervention militaire. Malgré, la levée des sanctions de cette institution sous-régionale, le Niger a maintenu fermée sa frontière avec son voisin. Pour rétorquer, ce dernier a alors décidé, de son côté, de bloquer le pétrole nigérien à partir de son port de Sèmè Kpodji.

Malgré cette situation, Lamine Zeine a exprimé son espoir de trouver une solution et a indiqué que des démarches ont été entreprises pour engager des discussions entre les autorités béninoises et chinoises. Pour ce qui est de la réouverture de la frontière, ce serait fait lorsque « nous aurons la certitude que notre territoire est en sécurité », dit-il.

À lire aussi :

La déclaration attribuée au Premier ministre du Niger sur la réouverture de la frontière avec le Bénin est fausse
A propos de Ahmadou Atafa 443 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

1 Trackback / Pingback

  1. Fact-checking : cette vidéo ne montre pas un camp de militaires français au Bénin ~ Plume du désert - Plume du désert

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*