Fact-checking : Faux, ces images ne montrent pas des pommes en expérimentation à Abarakan au Niger

Des publications sur les réseaux sociaux, images à l’appui, prétendent montrer une expérimentation, par « un étudiant agronome », de la culture de pommes à Abarakan, village situé dans la commune rurale de Timia, région d’Agadez. Aïr-Info a mené une enquête pour vérifier l’authenticité des images.

En bref :

Faux. Ces images ne proviennent pas du Niger. Elles ont déjà été publiées dans divers pays, y compris par des fermes agricoles, depuis au moins 2019 pour certaines, et 2020 pour d'autres.

Publication virale

Dans une publication datant du 20 mai 2024, la page Facebook DML, qui compte 29 000 abonnés, présente des plants de pommiers dans un jardin, avec des fruits. Le texte qui accompagne les images affirme qu’il s’agit d’une « expérience d’un étudiant agronome dans son village d’Abarakan, dans la région d’Agadez ». Déclarant que « ça a marché », le texte précise que l’étudiant en question « a transporté quelques pommiers depuis l’Algérie où il a étudié pour essayer, et au bout d’un an il a obtenu un bon résultat ». « Personnellement, je pense qu’il a besoin d’aide de la part de l’État car il a montré qu’il peut développer cette production », ajoute l’auteur de la publication. À la date du 23 mai à 14h, le post avait totalisé 237 likes, 21 commentaires et 105 partages. La publication a également été partagée (en capture d’écran) dans plusieurs groupes WhatsApp.

Par ailleurs, la même publication a été reprise sur X par deux utilisateurs. La première, faite le 20 mai, a été vue plus de 12 000 fois et a récolté 183 likes, 30 reposts (dont une citation) et 7 commentaires à la date du 23 mai à 14h. 23 utilisateurs l’ont ajoutée à leurs favoris. La deuxième, faite (en arabe) le 21 mai, a obtenu 12 likes et 4 reposts avec 661 vues, toujours à la date du 23 mai à 14h.

Ces images proviennent-elles vraiment d’Abarakan, au Niger ? Y a-t-il un étudiant d’Abarakan qui a fait des études agronomiques en Algérie et qui mène une telle expérimentation dans son village ? Aïr-Info a vérifié.

Vérification

Une recherche inversée sur Google a permis à Aïr-Info de retrouver l’une des images dans une publication faite le 22 septembre 2019 sur la page Facebook « La ferme biologique de Lolodorft » , une ferme agricole camerounaise. La légende de cette image la décrit comme celle d’un pommier âgé d’un an.

D’autres images ont été retrouvées sur Facebook aussi dans une publication en date du 9 mai 2020 sur la page d’une ferme kenyane. En outre, plusieurs autres images, y compris certaines publiées par les fermes camerounaise et kenyane, ont été découvertes dans une publication, datée du 24 septembre 2020, d’une entreprise béninoise spécialisée dans la promotion de l’agriculture.

Chaque recherche sur Google Images renvoie à des posts de la page de « La ferme biologique de Lolodorft » à différentes périodes, mais dont les liens n’existent plus aujourd’hui. Contactée par Aïr-Info, la ferme biologique de Lolodorft a déclaré que « ces images peuvent se retrouver sur notre page mais ne sont pas celles de nos champs ».

Par ailleurs, nous avons contacté la page à l’origine de la publication initiale, qui prétend qu’il s’agirait d’une expérimentation menée par un étudiant d’Abarakan, pour en savoir sur l’identité de ce dernier. Cependant, notre message est resté sans réponse.

De plus, plusieurs habitants de la zone d’Abarakan que nous avons contactés affirment ne connaître personne menant une telle expérimentation dans ce village.

Conclusion

Après une vérification rigoureuse, il est clair que les images en question ne proviennent pas d’Abarakan, au Niger. Elles avaient déjà été publiées en 2019 et 2020 par diverses pages Facebook, notamment au Cameroun, au Kenya et au Bénin. Par ailleurs, aucune preuve n’a été trouvée pour soutenir l’affirmation selon laquelle un étudiant d’Abarakan serait à l’origine de ces expérimentations. Les affirmations initiales sont donc infondées.

 

A propos de Ahmadou Atafa 471 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*