Burkina : le calvaire des personnes déplacées

Depuis 2019, le Burkina-Faso fait face à de nombreux conflits armés. La population se retrouve déplacée de force, à la recherche de sécurité et de ressources.

Classé premier pays mondial concerné par la négligence des déplacements sur le long terme, 707 000 mouvements ont été recensés au Burkina en 2023. Le nouveau rapport annuel du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) fait état de chiffres alarmants en constante dégradation. Au terme de l’année écoulée, le nombre de Burkinabés ayant perdu la vie des suites de la violence connaît une hausse considérable, dépassant désormais le seuil des 8 000 victimes. Face à l’insécurité, le flux de réfugiés a connu une augmentation significative, avec un total de 148 317 personnes ayant traversé les frontières, selon les chiffres de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Des conséquences multiples

Les mouvements de population entraînent inévitablement des répercussions. Alors qu’ils quittent leur domicile, près de 42 000 Burkinabés sont plongés dans une insécurité alimentaire catastrophique, sans aucun espoir de retour à une vie normale. L’emprise des groupes armés sur certaines zones cause une restriction déplorable de la mobilité humaine, obligeant environ 2 millions d’individus à rester isolés dans 36 villes à travers le territoire national. Ne pouvant se déplacer, la population se retrouve privée partiellement, voir totalement de l’aide humanitaire. Selon le rapport du NRC, « au moins un demi-million de personnes se sont retrouvées coincées dans un angle mort quasi total en matière d’aide ».

Un avenir dos au mur

Les conséquences de ces violences vont bien au-delà d’une crise sécuritaire. Avec tant de risques au quotidien, plus de 6 100 écoles se retrouvent fermées au premier semestre 2023. L’instruction des enfants est interrompue, les laissant désarmés face à un avenir incertain et précaire. Le domaine de la santé n’est pas épargné avec une vague de fermeture de près de 400 établissements, laissant 3,6 millions de Burkinabés sans accès aux soins. Le rapport de NRC révèle une progression désastreuse de 70 % entre l’année 2022 et 2023.

Les diverses organisations non-gouvernementales (ONG) tentent de pallier en apportant des aides vitales. Compte tenu des difficultés d’accès dans les zones éloignées, des solutions de transport pour la distribution de produits de santé et d’alimentation, plus cher, sont déployées. Ce surcoût impacte les budgets humanitaires déjà diminués année après année. En 2023, seulement 37 % des besoins en aides humanitaire sont financés contre 43 % en 2022.

Les entraves aux médias, locaux comme internationaux, condamnent la population au silence. En 2024, un nouveau « record » est attendu, avec une estimation de 6,3 millions de citoyens burkinabés dans le besoin et plus de deux millions de déplacés à l’intérieur du pays. Face à l’étendue de cette crise à multiples facettes, il est légitime de s’interroger sur les mesures envisageables.

Omar Sylla 

Contributeur Aïr Info 

A propos de Ahmadou Atafa 486 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

1 Comment

  1. It is great challenge to train army to where it duly use new equipment plus arms Burkinabe defense forces are obtaining from Russia. Despite deplorable conditions it is by far best to duly train Burkinabe defense forces plus recruit unto it is by far largest plus most powerful armed group in Burkina Faso. With that being done as military find plus neutralize terrorists military may reclaim territory plus give it competent security as military extend its effort to find plus neutralize all terrorists within Burkina Faso. To prematurely pursue finding plus neutralizing terrorists could result to catastrophic losses in personnel, equipment plus arms. Many of terrorists are well trained, heavily armed plus battle harden at fighting wars at various regions of this world. We also must account for betrayal of NATO France plus friends who would without hesitation supply terrorists with information in hope it would cripple our military. What our military should be able to do effective now is carry out Search plus Destroy missions plus Ambushes. Thereof terrorists may become schizophrenic plus discombobulated giving us more control of how plus when we battle. At any event keeping terrorists discombobulated by far work more in our favor as oppose to allowing terrorists to be well rested.
    Henry Author Price Jr aka Kankan

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*