« Accélérer les efforts de scolarisation des enfants dans le kawar au Niger », un objectif de l’UNICEF

Façade du Complexe rénové de Bilma

Le Ministère des enseignements secondaires et l’UNICEF ont procédé le 8 mars dernier à l’inauguration des infrastructures rénovées du Complexe d’enseignement secondaire de Kantana, dans le département de Bilma. Financée par l’UNICEF, pour un montant de plus de 294 millions de francs CFA (US$ 360,000), la réhabilitation de ces infrastructures répond surtout au souci de favoriser l’accès à une éducation de qualité dans la région et encourager la poursuite de la scolarisation après le cycle primaire.

Outre la réhabilitation des infrastructures, l’UNICEF accompagne le département de Bilma en matière d’éducation par la dotation des établissements du préscolaire en matériels ludo-éducatifs et en mobilier, au primaire et au secondaire par la formation des enseignants et l’appui à leur l’encadrement pédagogique, la dotation en kits et cartables scolaires et en moyens roulants, le renforcement des capacités des structures communautaires d’appui à l’école, à savoir les comités de gestion (COGES, CGDES), les associations des mères éducatrices ainsi que l’octroi de bourses scolaires aux enfants des familles défavorisées.

En effet, malgré un accroissement significatif en termes d’accès à l’éducation primaire et secondaire au Niger, plus d’un enfant en âge d’aller en primaire sur trois (35%) sont encore en dehors du système scolaire dans le pays. Une étude actuellement en cours qui vise à analyser la magnitude des enfants hors du système scolaire révèle par ailleurs que plus de la moitié des enfants et adolescents âgés de 7 à 16 ans ne fréquentent pas l’école dans le pays.

« Chaque fille et chaque garçon, indépendamment de qui il est et de l’endroit où il vit, est en droit de bénéficier d’un accès total et complet à une éducation de qualité. L’exclusion d’un enfant de l’école ne réduit pas seulement à néant son potentiel individuel, mais continue d’alimenter le cycle intergénérationnel de la pauvreté et de l’inégalité » a déclaré Félicité Tchibindat, Représentante de l’UNICEF au Niger.

L’UNICEF a saisi cette occasion pour saluer l’engagement du Gouvernement pour ses efforts visant à accélérer la scolarisation des enfants au Niger, et particulièrement celle des filles. « La signature du décret sur la protection, le soutien et l’accompagnement de la jeune fille en cours de scolarité au mois de décembre dernier est la traduction évidente en action des engagements pris par le Gouvernement en juillet dans le cadre des 10 engagements pour un Momentum de la scolarisation des filles » a-t-elle souligné.

En 2017, l’accès à l’éducation primaire a continué de croitre au Niger, avec plus de 2,77 millions d’enfants (dont 45% des filles) inscrits en primaire, contre 2.61 millions en 2016. Cela représente un niveau d’inscription brut de 76.7% dans le pays. Cependant, le niveau d’éducation des filles (72,2%) reste significativement en dessous de celui des garçons (81%) et est davantage plus bas pour les enfants les plus vulnérables.

Les salles rénovées du Complexe de Bilma
Madame Félicité Tchibindat, Représentante de l’UNICEF au Niger dans une classe à Agadez
A propos de DIM 225 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*