Niger : gagner le pari d’enraciner la démocratie à la base

C’est sous le haut patronage de M. Brigi Rafini, Premier Ministre du Niger qu’a eu lieu le 17 juillet à Agadez la cérémonie d’ouverture de la 7ème Edition des Journées des Communes du Niger couplée avec l’Assemblée Générale. Deux jours durant les 255 présidents des conseils communaux du pays ont eu à échanger autour du thème central « Opérationnalisation du Transfert des Compétences et des Ressources de l’Etat aux Communes : chemin parcouru ».

 

C’est l’Amphithéâtre de l’Université d’Agadez qui a servi de cadre à cette importante rencontre au cours de laquelle on peut noter la présence effective des ministres en charge des ministères sectoriels venus pour donner un éclat à cette cérémonie.

La première allocution a été naturellement celle prononcée par le Président du Conseil Municipal de la commune urbaine d’Agadez M. Rhissa Feltou. Après avoir souhaité la chaleureuse bienvenue aux différentes délégations qui ont bravé les difficiles axes routiers  menant à Agadez, il a formulé le vœu de tout temps exprimé par les populations d’Agadez de voir la concrétisation du projet de réfection et/ou réhabilitation de la Route bitumée Tahoua-Agadez qui constitue la voie essentielle pour accroitre l’économie de la région d’Agadez. Rhissa Feltou reste optimiste quant à la réalisation de ce projet cher aux autorités de la 7ème République. Au terme de son discours le président de la commune hôte a demandé à tous les visiteurs de profiter de l’hospitalité exemplaire dont a toujours fait montre la cité de l’Aïr.

En intervenant à son tour, M. Mohamed Anacko Président du Conseil Régional d’Agadez et cumulativement Président de l’Association des Régions du Niger (ARENI) s’est tout d’abord réjoui du choix de sa région pour abriter l’évènement qui réunit outre les membres du gouvernement, les partenaires techniques et financiers, autorités administratives et coutumières et membres de l’Association des Maires du Niger (AMN). Au nom de tous les élus du Niger, le Président Anacko Mohamed a rappelé brièvement le parcours des collectivités décentralisées depuis une dizaine d’années. Il a dit en substance que : « La décentralisation est certes une réalité au Niger a-t-il expliqué. Ce cheminement n’aurait pas connu un succès sans  la sagesse du Premier ministre Brigi Rafini  et surtout l’engagement du Président Issoufou Mahamadou qui fait de la décentralisation son créneau à travers les programmes I & II de la Renaissance ».

Avant de terminer son allocution le Président de l’ARENI a émis le vœu de voir le processus de la décentralisation devenir effectif à travers le transfert des compétences et des ressources dont l’Etat s’engage à concrétiser.

Ce fut autour de M. Abdoul Raouf Dodo, Président de l’Association des Municipalités du Niger (AMN) de saluer l’exemplarité de l’accueil dont les membres de son association ont reçu depuis leur arrivée. Ce qui témoigne une fois de plus de l’hospitalité légendaire d’Agadez. Après avoir rappelé le succès enregistré au cours des précédentes éditions des journées des municipalités  du Niger, M. Dodo a remercié l’accompagnement que son association a toujours eu de la part de l’Etat et des partenaires techniques et financiers (PTF). C’est avec plein d’émotion qu’en cet instant précis, sa pensée s’était tournée en direction des maires déchus et des conseils municipaux démis. Il a demandé au Premier Ministre de penser au sort des membres de son association au moment où les conseils municipaux tirent à leur fin. Il s’est surtout préoccupé de la situation administrative de certains conseillers municipaux contractuels en fin de mandat.

Le représentant du chef de file des partenaires techniques et financiers M. Christophe R. a salué le travail abattu par les municipalités du Niger depuis leur installation. « Les membres de l’AMN ont montré leur capacité dans la conduite du processus de décentralisation. Ce qui a permis aux partenaires d’être présents à leur côté », a fait remarquer M. Christophe. Le diplomate a rassuré les élus quant à l’accompagnement que le président de l’ARENI a sollicité de transformer les faitières en fédérations pour l’effectivité du processus engagé. Pour lui, « ce n’est pas le chemin à parcourir qui est difficile, mais plutôt c’est le difficile qui est le chemin à parcourir ! »  Il fonde espoir que le transfert des compétences et des ressources auquel les exécutifs accordent beaucoup d’intérêt est une étape de grande importance.

Le temps fort de cette cérémonie est incontestablement l’allocution de Brigi Rafini qui n’est pas resté indifférent à l’émotion éprouvée par le Président de l’AMN lors de son discours. Le Premier Ministre a rassuré que : «  les actes de dissolution de conseils et de démission de  certains présidents des conseils municipaux relèvent aussi de la responsabilité de l’Etat même s’ils font mal ». Parlant de la tenue des présentes assises, il a félicité l’AMN pour sa ténacité à organiser régulièrement les éditions dont celle d’Agadez placée sous le thème « Opérationnalisation du Transfert des Compétences et des Ressources de l’Etat aux Communes : chemin parcouru » qui est la septième.  C’est pourquoi il a lancé un vibrant appel aux élus en vue d’accorder toute l’attention requise lors des communications des ministres en charge de l’éducation, de la santé, de l’hydraulique, de l’environnement et de la décentralisation. « Les autorités de la 7ème République, en premier lieu Elhadj Mahamadou Issoufou, Président de la République attachent du prix à la réussite de la présente édition de l’AMN », a confirmé M. Brigi.

Pour le Premier Ministre, après les réalisations d’ouvrages tels que les ponts modernes, les échangeurs, l’éclairage public, les routes et le succès du programme 3N : « le gouvernement, sous les hautes directives du Président de la République Chef de l’Etat, faisait le pari d’approfondir notre cadre démocratique, de promouvoir de réelles chances de développement à la base par une pleine implication et une responsabilisation effective des populations dans la gestion et l’amélioration de leurs conditions de vie. Après plus de sept ans d’exercice du mandat des conseils municipaux issus des dernières élections locales, ce pari semble être gagné au regard de l’enracinement progressif et irréversible de la démocratie à la base et de nombreuses actions de développement réalisées avec l’appui de l’Etat et de ses partenaires».

Avec le transfert progressif des compétences aux communes, c’est une preuve éloquente que la démocratie s’installe au Niger. Avant de terminer M. Brigi Rafini a insisté sur le domaine de l’éducation car c’est la base de tout développement. Les ministères en charge du domaine présents au rendez-vous d’Agadez 2018 sont les mieux indiqués à expliquer l’attente des plus hautes autorités relativement à la concrétisation du processus de décentralisation pour une réelle implication des communautés à la base..

Le transfert des compétences et des ressources est un processus irréversible. Une étape vient d’être franchie. C’est le lieu d’évoquer le chemin parcouru en vue de corriger les insuffisances et appeler les élus à une véritable implication en faveur des populations qui attendent avec impatience l’amélioration de leurs conditions de vie.

Comme l’a si bien dit le représentant du chef de file des PTF :  » ce ne sont pas les résultats auxquels ils sont parvenus qui sont les plus difficiles, mais c’est plutôt ce qui reste à venir avec cette responsabilisation des conseils communaux dans un contexte démocratique favorable au suivi des actions par les communautés à la base ».

Si la programmation relève des ministériels sectoriels, quand est-il de la mise à disposition des fonds nécessaires à la politique sectorielle ? Une épineuse question qui reste en suspens.

Chéhou Azizou

               

A propos de DIM 212 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*