Agadez : faire de l’utile avec les déchets plastiques

Le plastique pollue l’environnement à Agadez

Malgré le décret communal interdisant l’utilisation du sac plastique à Agadez, force est de constater qu’il continue de polluer l’environnement. Partout le sac plastique est visible. Jonchant les artères de la ville. S’accrochant aux branches d’arbres. Le service de salubrité de la Mairie et certaines organisations non gouvernementales font de leur mieux pour contenir l’invasion du plastique mais en vain. « Il faut une véritable sensibilisation de la population d’Agadez pour ne plus voir les gens faire leurs achats avec des sacs en plastique. On en importe des tonnes et des tonnes à Agadez », remarque Elhadj Sani, agent en charge du service Hygiène et Assainissement à la Mairie d’Agadez.
Les coûts liés à la lutte contre l’insalubrité dans la commune d’Agadez sont élevés. « Plusieurs dizaines de millions de FCFA injectés qui pourraient bien servir ailleurs ! », confie un agent du même service.

Recycler le plastique pour en faire des tables-bancs

A Agadez, beaucoup d’initiatives de recyclage de plastique ont été menées mais n’ont pas répondu aux attentes. Ainsi un temps le plastique était ramassé et fondu pour servir à faire des pavés. Bien que l’initiative soit fort louable, elle a buté d’abord à la mévente du produit issu du recyclage et le manque d’appui financier ensuite.
Mais depuis quelques semaines, un jeune homme d’Agadez a trouvé la solution-miracle. Faire avec le plastique ramassé et traité des tables-bancs. Des tables qui sont cliniquement propres à l’utilisation et qui viennent compenser un manque énorme dans les écoles. Promoteur de #Tazolt, une initiative de gestion et recyclage des déchets plastiques, Mohamed Sidi est l’un de ces nombreux jeunes d’Agadez qui refusent de se laisser gagner par le défaitisme. De croire que la ville d’Agadez est vaincue par le plastique. Mohamed Sidi croit fermement que beaucoup d’opportunités s’offrent aux jeunes pour montrer leur engagement dans la lutte contre la pollution. « Il faut juste avoir de la passion et de la patience », explique le jeune Mohamed.
Mohamed emploie aujourd’hui des jeunes qui lui font la collecte du plastique. Et pour ce faire, ces jeunes « sont munis des masques, gants de protection et des binettes lors de la collecte », affirme Mohamed. « Une fois le tonnage de plastique nécessaire regroupé, il est traité et fondu pour servir de matière. Nous faisons tout pour nous assurer que le produit fini n’affecte pas la santé », explique Mohamed.
Le jeune Mohamed salue l’engouement des gens à acheter ses tables-bancs. « Les clients achètent nos produits car ils les trouvent de très bonne qualité. Nos tables-bancs pèsent jusqu’à 25 kilogrammes », affirme t-il.

Mohamed Sidi, responsable d’une ONG locale est de ceux qui aident le jeune entrepreneur. « Nous achetons ces tables-bancs pour les offrir aux écoles de brousse qui en ont besoin. Ce faisant, on contribue doublement à la lutte contre la pollution et encourageons aussi l’éducation dans la région d’Agadez »

Pour gagner le pari de la lutte contre les déchets plastiques à Agadez, il est impératif d’appliquer sans aucune faiblesse la loi qui interdit l’importation et l’utilisation du plastique. Et supporter aussi des initiatives comme celle du jeune Mohamed en multipliant les centres de récupération et recyclage de déchets plastiques un peu partout dans le reste du pays.

Nasser ISSA

Cet article a été réalisé dans le cadre du Projet NAILA sur la thématique des Gestions des déchets

A propos de DIM 256 Articles
Aïr Info, Toute l’actualité du nord Niger ! Soyez au cœur des grands débats qui agitent la bande du SAHEL

1 Comment

  1. Bonjour
    Est ce que la famille Fall Arnaud habite toujours
    À AGADEZ . Le grand père était un guide très connu qui a découvert la passe de ADAMA . Je l’ai rencontré en 1983 lors du Paris Dakar .

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*