Opinion : « On ne tire pas sur des citoyens, déjà meurtris, abattus et « détruits » par une insécurité rampante. »

Ce que renvoient les nombreuses images, vidéos et audios de Téra est un acte ignoble.

Ces scènes de violences sont une honte pour les Forces de Défense et de Sécurité (FDS) et leurs commanditaires. On ne tire pas sur des citoyens, déjà meurtris, abattus et « détruits » par une insécurité rampante.
Triste ce qui s’est passé à Téra. Pourtant, le même scénario s’est déroulé à Kaya, au Burkina voisin, sans que cela ne débouche sur une telle hystérie des balles, sur autant d’orgies de violences. On ne tue pas des civils désarmés, qui ne font que manifester leur dépit, leur colère, leur détresse. Surtout pas à cause d’un convoi de « pitance ».

Qu’on ne se méprenne pas. On ne peut pas aimer la France plus que nous-mêmes et nos intérêts, et la France ne peut pas non plus nous aimer plus que ses soldats et ses intérêts. Et Paris ne peut guère nous protéger plus que nous-mêmes. Il n’y a aucune raison de violenter ces populations, à cause du passage d’un convoi, les voies de la discussion, de l’explication n’étant pas inabordables. L’opposition de la force aveugle à des populations désarmées, aux mains nues est un affront aux valeurs de la démocratie et de la République. C’est une offense à la dignité humaine !

Que dirait-on pour soutenir ces violences farouches contre ces jeunes ? Rien, absolument rien qu’un esprit réfléchi puisse admettre et comprendre. Seuls quelques « cerbères », idiots utiles errant sans laisse, pourraient trouver à dire ou à « légitimer ». Ils sortiront leurs gongs pour entonner la chanson dégoûtante, la sérénade sanguinolente, maculée du sang de nos compatriotes tués et/ou blessés injustement, à Tillia, Diffa, Chinagodar, Banibangou, Anzourou et …Téra.

De leurs langues fendues dégoulineront de fétides salives pour dépersonnaliser, justifier l’acte odieux. Mais qu’importe, l’adage enseigne que la misère (d’esprit) n’engendre jamais l’honneur !
C’est triste. Lamentable, honteux et injustifié. Les scènes survenues à Téra sont ignobles et doivent être fermement condamnées. Et demander la démission des Ministres en charge des FDS n’est que litote.
Je comprends le dépit de certains concitoyens. Mais allons au-delà des        « maux ». Nous avons suivi le Président Bazoum MOHAMED vanter le « mérite » de la coopération militaire, y compris avec la France, toute chose dont nous avons, en temps normal, besoin pour muscler notre stratégie militaire.

Sur ces entrefaites, le Sahel a besoin de coopération pour « aguerrir » ses armées et se débarrasser du terrorisme. La guerre injuste que nous impose le terrorisme exige bien cette coopération. Qui était déjà là. Nous sommes d’accord, je crois. Par ailleurs, elle est bien légitime, cette inquiétude des peuples sahéliens qui redoutent une « recolonisation » de leurs terres, avec des armées qu’ils soupçonnent de détenir un autre agenda. Là aussi, sommes-nous d’accord !

Mais dans tous les cas, apprenons aussi à dissiper les préjugés, les à-priori, s’il en est. Qu’il s’agisse « d’entrainements » de nos soldats pour qu’ils soient aguerris, le problème ne se situe nulle part : on ne jette pas le bébé et l’eau du bain.
Mais, même lorsqu’on pense que ces citoyens qui râlent, qui pestent et manifestent sont dans « l’ignorance », la « désinformation » ou même sous l’emprise de l’intoxication et de la manipulation, on ne tire pas sur eux. On les informe, car l’information libère. On ne tire pas sur des « ignorants », on les sensibilise. L’ignorance, m’a-t-on enseigné en philosophie, c’est l’écart entre la réalité et la perception que l’on en a. Cet écart peut être l’effet d’un préjugé, d’une illusion, d’une erreur de logique, ou simplement du fait de ne pas savoir. Alors, ceux qui ont tiré sur ces citoyens « ignorants », et ceux qui les y ont autorisés ne sont-ils pas autant « ignorants » que les premiers ? Ignorance pour ignorance, l’ennemi, ce n’est pas la morgue des armes contre des contribuables, mais la détonation pour asseoir la présence d’un Etat protecteur et rassurant dans toutes les zones endeuillées par ce terrorisme impie !
Il nous faut rompre avec cette ambivalence. Tout simplement.

Finalement, devant le tollé anti-France qui s’amplifie, quel langage doit-on employer pour faire disparaitre tous ces soupçons sur les « intentions » que l’on prête à la France, et les critiques sur ses actions au Sahel ? Il faut de la sincérité, de la clarté et de la précision. Pas de de violences verbales, armées ou politiques.
Avec les réseaux sociaux et leur corollaire d’infobésité (surabondance d’infos souvent diffuses et confuses), la façon (officielle) de communiquer devra se modifier chez nous, dans nos institutions. On doit bien calibrer la méthode de communication et le contenu de la communication. Nuancer la communication de la Réaction.
Avec le terrorisme ambiant et la grogne populaire qui enfle, il faut éviter de céder à la pugnacité des populations pour tomber dans les répressions aveugles et inutiles !

Allah ait l’âme de tous ceux qui sont tués par le terrorisme, ainsi que ceux qui sont arbitrairement tombés sous les balles procurées avec leurs impôts.

Saidou Djibril

Analyste indépendant

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.