Agadez : l’EHCVM au centre d’une rencontre entre l’INS et les autorités régionales

La Direction Générale de l’Institut National de la Statistique (INS) conduit une enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages (EHCVM) afin de fournir des données fiables et actuelles pouvant permettre le suivi et l’évaluation des politiques et stratégies publiques. L’enquête se déroulera en deux vagues et sur deux périodes. La première vague a déjà débuté en novembre dernier et continuera jusqu’au mois de février 2022. Quant à la seconde, elle s’étalera sur la période allant du mois d’avril à août 2022.

La salle du Gouvernorat d’Agadez a servi de cadre le 16 décembre dernier à une réunion d’information et de sensibilisation relativement à la réalisation de cette enquête qui cadre avec le programme de gouvernance de plus hautes autorités du pays. C’était en présence des autorités administratives et coutumières de la région, des services déconcentrés de l’Etat et de plusieurs autres invités que la séance de réunion a été ouverte sous la présidence du gouverneur de la région d’Agadez, M. Magagi Maman Dada.

« Comme vous le savez, la statistique reste et demeure un outil indispensable d’aide à la prise des décisions. C’est pourquoi la production des données statistiques de qualité apparait comme une priorité dans le programme de renaissance acte 3 de Son Excellence, M. Mohamed Bazoum, Président de la République, Chef de l’Etat », a déclaré M. Magagi Maman Dada à l’ouverture de la réunion. Il a, en outre, souligné que cette préoccupation est clairement exprimée dans la déclaration de politique générale du Premier Ministre, Ouhoumoudou Mahamadou. « Les objectifs de cette enquête sont tout aussi multiples qu’indispensables, car permettant au Gouvernement de rendre disponible l’information statistique idoine pour la conception, le suivi et l’évaluation des politiques et stratégies publiques », relève le gouverneur. Il estime que « cette enquête permettra à notre pays d’obtenir de nombreux indicateurs de suivi et évaluation de notre plan de développement économique et social (PDES) ainsi que d’autres programmes sectoriels ».

Pour sa part, M. Ado Maman Lawali, Conseiller du Directeur Général de l’INS, il s’est attelé sur les techniques de réalisation de l’enquête. Il a expliqué qu’elle ne concerne pas tous les ménages, mais juste un échantillon de la population. « Les enquêtes ne concernent pas tous les ménages. Ce n’est pas comme le recensement où on pose la question à tout le monde. Là, c’est un échantillon de la population qu’on prend. Alors, on prend des ZD des zones de dénombrement échantillons. Il y’a des techniques qui permettent de tirer des échantillons et c’est à partir de ces techniques qu’on a tiré les ZD échantillons. Et à partir de ces ZD échantillons qu’on tire les ménages échantillons. Et ce sont ces ménages-là qui sont enquêtés », a-t-il expliqué. Ado Maman Lawali a, par ailleurs, exhorté les populations à être patientes avec les équipes de l’INS au cours de la collecte des données. « Il faut que la population ait la patience, parce que qui dit enquête, dit questions parfois trop personnelles », a affirmé le Conseiller du Directeur Général de l’INS. « Ce n’est pas toujours aisé de dire, par exemple, combien tu gagnes, combien tu dépenses dans l’achat du riz, combien tu dépenses dans l’achat de l’huile, combien tu dépenses pour la santé de tes enfants. Ce n’est pas toujours évident », reconnaît-il. C’est pourquoi il insiste sur la patience de la population afin de faciliter aux agents de l’INS la collecte des données.

A noter qu’à l’instar du Niger, l’enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages se déroule dans tous les pays membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). L’objectif étant de de produire des indicateurs pour le suivi de la pauvreté et des conditions de vie des ménages et de fournir les données pour l’évaluation des politiques publiques. L’EHCVM s’inscrit dans la volonté de l’UEMOA de doter ses Etats membres des statistiques fiables, actuelles et harmonisées, mais aussi de renforcer leurs capacités dans la conception, la mise en œuvre, le traitement et l’analyse des données des enquêtes pour l’évaluation de la pauvreté.

Ahmadou ATAFA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.