Vue de Forum

Rapport provisoire des travaux de la rencontre sur le thème Paix, Sécurité et Cohésion sociale tenue à Agadez du 30 juin au 1er Juillet 2022

La Rencontre sur le Thème Paix – Sécurité et Cohésion Sociale dans la Région d’Agadez s’est tenue du 30 juin au 1 juillet 2022 dans l’amphithéâtre ADAMOU Aboubacar de l’UNIVERSITE d’Agadez. Elle a été organisée par le Comité Régional de Paix de la Région d’Agadez en étroite collaboration avec la Présidence de la République et les Institutions nationales en charge des questions de paix et de la sécurité et entièrement financée sur le budget de l’Etat.

L’objectif de cette rencontre est d’identifier les nouveaux défis sécuritaires de la région et de créer les conditions nécessaires à la stabilisation communautaire dans l’espace Sahélo-saharien en général et sur le territoire de la région d’Agadez en particulier.

Placée sous le haut patronage du Président de la République, Chef de l’Etat Son Excellence MOHAMED Bazoum, la rencontre a enregistré la participation

Des membres du Gouvernement ;

Des honorables députés nationaux :

Du gouverneur de la Région d’Agadez ;

Du Président du Conseil régional d’Agadez ;

Des gouverneurs des régions de Zinder, de Maradi et de Diffa :

Des responsables des Institutions de la république ;

Des préfets ;

Du Maire de la Commune Urbaine d’Agadez ;

De l’Honorable Sultan de l’Air, des Honorables Chefs traditionnels et Leaders religieux ;

Des maires de la Région d’Agadez ;

Des conseillers et chargés de mission de diverses institutions de la République

Des représentants des communautés nigériennes des pays frontaliers (Algérie-Libye-Tchad) ;

Des membres du comité régional de paix d’Agadez,

Des représentants des Organisations de la Société civile,

Des Représentants des organisations féminines et de la Jeunesse.

  1. De la cérémonie d’ouverture

La cérémonie d’ouverture des travaux du forum a été marquée par quatre (4) allocutions suivantes :

 1.1. Mot de bienvenue du Maire de la Commune Urbaine d’Agadez :

Le maire de la commune d’Agadez, Monsieur ABDOURAHAME Touraoua, a souhaité un agréable séjour au Président de la République au nom de toute la population d’Agadez ainsi qu’une belle réussite du forum. Il a également félicité les forces de défense et de sécurité pour le noble et exaltant travail qu’elles accomplissent.

  1.2. Allocution du Président du Conseil Régional d’Agadez :

Le Président du Conseil régional d’Agadez Monsieur Mohamed Anacko a tenu à renouveler ses encouragements et son soutien au Président de la République dans sa recherche effrénée de la paix et de la stabilité indispensables au développement socioéconomique du pays.

Il a saisi l’occasion pour rendre un vibrant hommage aux laborieuses populations de la région pour les stratégies d’adaptation et la résilience qu’elles ont su développer au cours de ces dix dernières années afin de faire face aux différents défis et se mettre à l’abri des tentations des groupes armés qui écument le sahel et le Sahara.

Le Président Anacko a souligné que la situation sécuritaire dans la région d’Agadez fait l’objet d’une certaine maîtrise grâce aux efforts du gouvernement et la bonne compréhension des différents acteurs de la paix qui ont volontairement accepté d’œuvrer pour la stabilisation de la région en mettant en place des outils de concertation et de dialogue social.

Cependant le président du conseil a reconnu qu’il existe des déterminants d’insécurité. Les vaillantes populations de la région font face en effet, selon lui, à des chocs multiples : chocs du changement climatique, défis migratoires, défis de l’orpaillage mobilisant des jeunes ex combattants mal insérés ainsi que des acteurs de la migration irrégulière insuffisamment reconvertis.

Tous ces facteurs font planer des menaces graves qui pourraient mettre en péril la cohésion sociale dans la région.

Le président du conseil régional a ensuite invité les participants à des profondes réflexions pour qu’au sortir de cette rencontre, de pertinentes recommandations soient formulées tant à l’endroit de l’Etat que des partenaires techniques et financiers.

Le président du Conseil régional a enfin rassuré le Président de la République de sa disponibilité et de sa détermination sans faille à œuvrer inlassablement pour la paix.

   1.3. Allocution du Gouverneur de la Région d’Agadez :

Le gouverneur de la région d’Agadez Monsieur Maman Dada Magagi a exprimé sa satisfaction de voir présentes au Forum, des hautes personnalités ayant des expériences avérées sur les questions de paix et de sécurité.

Pour le gouverneur de la région d’Agadez, le forum se tient dans un contexte marqué par un environnement caractérisé par des foyers de tensions à connotation religieuse et parfois à but illicitement lucratif.

Il a invité les participants à des réflexions pertinentes sans tabou mais avec beaucoup de courtoisie pour faire des recommandations qui seront prises en compte par le président de la république.

      1.4. Le Président de la République du Niger : 

Dans son discours d’ouverture, Son Excellence BAZOUM MOHAMED, Président de la République, Chef de l’Etat s’est dit très heureux de l’accueil particulièrement chaleureux réservé à sa délégation et à lui-même.

Il a ensuite fait un bref rappel du péril qui guettait le Niger à la suite de l’effondrement de la Libye.

Aussi a-t-il notifié à l’assistance qu’en 2011 lorsque se passaient les évènements en Libye, les analystes les plus perspicaces faisaient le pari et le pronostic d’une grande instabilité dans la zone du sahel de façon générale et au Niger en particulier du fait des liens spécifiques qui existent entre le Niger et la Libye.

En effet, une grande déstabilisation de la Libye à partir de 2011 et des risques qu’elle comporte étaient. Partis pour avoir un retentissement déstabilisateur dans la région du Sahel a-t-il souligné.

Du coup, toutes les stratégies militaires avaient été bâties sur le postulat selon lequel le danger allait venir du Nord. C’est pourquoi a-t-il précisé, la région d’Agadez fut la 2º zone de la défense nationale après Niamey et avait à l’époque plus de la moitié des effectifs militaires.

Les analystes ont eu raison en partie car le sahel a été déstabilisé en effet. Par contre, la région d’Agadez a su contenir toutes les menaces sécuritaires qui la secouent grâce à la bénédiction du Dieu le Tout puissant et à la volonté des populations qui n’ont pas cédé à diverses tentations.

Aujourd’hui les effectifs militaires sont redéployés dans les régions naguère paisibles de Diffa, de Maradi et de Tillabéri.

Toutefois, le Chef de l’Etat a fait remarquer aux participants qu’aujourd’hui Agadez n’en demeure pas moins confrontée à des problèmes qui ont pris l’ampleur et qui inquiètent l’ensemble de la population de la région, raison de l’organisation de la présente rencontre sur la paix, la sécurité et la cohésion sociale.

C’est sur ces mots que le Président de la République a officiellement ouvert les travaux du Forum sur la Paix, la Sécurité et la Cohésion Sociale.

      2. Du déroulement des travaux :

Les travaux du forum ont débuté par une adresse du Président de la République articulée autour des trois facteurs de violence qui sont perçus comme des menaces actuelles. Le Président a fait un diagnostic sans ambages de la situation sécuritaire qui caractérise notre pays en général et la région Nord en particulier avant d’inviter les participants à cerner les menaces et proposer des solutions avec la même franchise.

C’est ainsi qu’il a décliné les trois principaux facteurs de violence qui doivent servir de base d’analyse à la présente rencontre : il s’agit de :

L’existence d’acteurs armés non nigériens provenant de certaines zones du Soudan, du Tchad, et du sud libyen. Ces acteurs sont en partie liés avec le trafic de drogue notamment le cannabis. Ils empruntent des routes diverses mais la région d’Agadez reste un passage obligé. Ces acteurs étrangers s’appuient sur des ressortissants nigériens issus essentiellement des communautés Arabe, touarègues et Toubou qui leur facilitent le passage et des « droits de péage »sur leur cargaison.

Ce trafic a créé une activité d’intercepteurs armés qui coupent la route des convoyeurs de drogue qu’ils pillent ou laissent passer moyennant le payement de fortes sommes. Cette activité a pris de l’ampleur car elle a étendu ses tentacules jusqu’à l’Azawak (Département de Tassara). Cela prouve de plus en plus que nos jeunes vivent de cette activité. La violence basée sur le trafic de drogue génère beaucoup de ressources ce qui permet à ceux qui la pratiquent d’acquérir davantage de logistique, des armes de plus en plus sophistiquées.

L’orpaillage : c’est une activité qui peut être une «aubaine mais aussi une malédiction ». Le cas actuel présente des risques d’aller vers le désordre ; cela est perceptible à travers la grande quantité d’or exploitée mais qui ne profite qu’aux acteurs étrangers. Cette situation c’est un défi qui devient d’autant plus urgent que le Tchad a pris des mesures de fermetures de ses sites. Il devient urgent d’analyser la situation et trouver les solutions pour prendre le contrôle de nos ressources.

Le troisième facteur de violence est un type nouveau de banditisme qui opère sur les axes routiers principalement Arlit-Assamaka, Agadez-Tamaya, Agadez-Dirkou-Chirfa, etc.

Après cet état des lieux le Président de la République a souligné certains facteurs internes qui potentialisent l’insécurité : les connivences développées par les acteurs avec des représentants de l’Etat, la corruption, la circulation non réglementée de véhicules sans plaques d’immatriculation et/ou avec des vitres fumées.

Il a invité les participants à proposer des mécanismes et des solutions en vue de mettre fin à toutes ces pratiques mettant en péril le contrôle de notre territoire. Son Excellence le Président de la République Chef de l’Etat a notifié à l’assistance que les solutions existent et restent à notre portée, à condition d’être engagées et sincères.

La parole fut d’abord donnée aux invités spéciaux du Président de la République Messieurs Brigi Rafini et Albadé Abouba pour apporter leur contribution.

Les deux personnalités ont confirmé le diagnostic tel qu’établi par le Président de la République dans son adresse introductive portant sur les menaces qui pèsent sur la région

Ils ont également rappelé tous les efforts fournis par les communautés de la région en vue de la préserver et au-delà préserver le Niger des menaces suscitées. Il ressort également de leur contribution la nécessité de placer la jeunesse au centre de toutes les actions de développement aux fins de la mettre à l’abri de toute tentation.

Enfin, elles en ont appelé à l’engagement de tous les leaders de bannir en tout lieu et en toute circonstance le discours haineux et éviter de tomber dans les pièges des conflits communautaires.

Problèmes identifiés par les participants:

Les trafics de tous genres

Le banditisme armé

La complicité des représentants de l’Etat

Les groupes armés étrangers bénéficiant de la complicité des nigériens

La mauvaise gestion des sites aurifères

La délinquance juvénile dans la ville d’Agadez.

Solutions proposées par les participants :

Une plus grande affirmation de la présence de l’autorité de l’Etat à travers :

Un meilleur maillage sécuritaire

La disponibilité des services sociaux de base

Le renforcement de la bonne gouvernance axée notamment sur l’accès équitable à la justice

La création des compagnies spécialisées (à l’image des Compagnies Mobiles de Contrôle des Frontières) dans des positions stratégiques du désert en y intégrant un fort effectif des jeunes du terroir

La mise à l’arrêt, des activités des dealers bien connus de la population et des forces de police

Des investigations minutieuses dans le cadre de l’attribution des permis miniers et la délivrance des actes d’état-civil en vue de situer les responsabilités et sanctionner

L’interdiction formelle du braconnage dans nos réserves naturelles et une sanction sévère des contrevenants

La création des Unités Sahariennes Mobiles composées des éléments de la Garde Nationale à l’image des CMCF

Le renforcement des patrouilles régionales en raison de l’immensité de la zone à couvrir

Des mesures coercitives

L’application stricte et équitable de la loi sur les crimes et délits quel que soit leur auteur

La création d’un numéro vert pour permettre de dénoncer les bandits

La prise des mesures devant obliger des chefs des ex-fronts de « déconnecter » les jeunes nigériens des grands réseaux de trafiquants

L’évacuation des acteurs étrangers des sites d’orpaillage

La fermeture du site Djado et sa sécurisation

La réorganisation du site de Tchibarakaten

Les actions de développement

Favoriser l’employabilité des jeunes

Promouvoir des aménagements hydro agricoles dans l’Irhazer impliquant les communautés et les privés

Développer des pôles agro industriels

Réorganiser l’exploitation de l’or à travers des coopératives et des comptoirs portés par des Nigériens

Mettre en place un fonds alimenté par des prélèvements sur la production minière pour financer la sécurisation des exploitations

La sensibilisation :

Appuyer les initiatives des imams et oulémas qui contribuent à la sensibilisation.

                           RECOMMANDATIONS

Les participants à la rencontre sur le Thème Paix – Sécurité et Cohésion Sociale dans la Région d’Agadez, tenue dans l’Amphithéâtre ADAMOU Aboubacar de l’UNIVERSITE d’Agadez, les 30 Juin et 1er juillet 2022, formulent les recommandations suivantes :

Ces recommandations portent sur les trois (3) facteurs pourvoyeurs de violence dans la région d’Agadez.

Facteur 1 :  De la violence liée aux groupes armés étrangers et au trafic de la drogue : 

Les participants recommandent :

L’affirmation de la présence de l’autorité de l’Etat dans les zones affectées par les menaces sécuritaires,

La prise de mesures requérant la contribution des chefs des ex fronts pour « déconnecter » les jeunes nigériens des grands réseaux de trafiquants,

La prise de mesures immédiates contre le trafic local des drogues et autres substances qui affectent la jeunesse surtout les filles,

La démobilisation des jeunes du trafic en impliquant les leaders communautaires.

Facteur 2 : De l’orpaillage :

Les participants recommandent :

L’application des mesures coercitives à l’encontre des acteurs étrangers sur les sites d’orpaillage ;

La réorganisation et la sécurisation des sites d’orpaillage.

Facteur 3 : Du banditisme armé sur les axes : 

Les participants recommandent :

Le renforcement des patrouilles régionales en raison de l’immensité de la zone à couvrir ;

L’organisation d’un recrutement spécial des forces de défense et de sécurité en vue de couvrir toutes les communes affectées par les menaces sécuritaires ;

L’appui aux initiatives des imams et oulémas qui contribuent à la sensibilisation des acteurs locaux sur la paix, la sécurité et la cohésion sociale ;

La création des conditions de travail harmonisé entre les FDS, les responsables administratifs à tous les niveaux dans l’intérêt de la collectivité en désignant des responsables patriotes et en sévissant contre la corruption et l’impunité ;

Des actions Transversales :

L’appui aux initiatives locales comme Taghlamt N’Alher et le Comité de paix ;

L’application stricte et équitable de la loi surtout les crimes et délits ;

La promotion des aménagements hydro agricoles dans l’Irhazer impliquant ;

Les communautés et les privés ;

Le développement des pôles agro industriels.

 

Le Forum

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.