L’armée malienne reprend Kidal au prix de maints sacrifices

Le mardi 14 novembre l’armée malienne a annoncé avoir pris le contrôle de la ville de Kidal, fief des rebelles touareg indépendantistes. Une victoire qu’elle doit en partie, selon plusieurs sources, aux mercenaires russes sans lesquels elle n’aurait pénétrer de sitôt à Kidal. La « reconquête » de cette ville, bastion des Touareg, ne s’est, cependant, pas faite sans dégâts collatéraux.

Avec d’importants appuis des mercenaires du groupe paramilitaire russe Wagner, l’armée malienne a pris position dans la ville stratégique de Kidal. Une victoire enregistrée après plusieurs jours de raids menés avec la combinaison d’actions aéroterrestres.
Ces raids ont fini par déstabiliser les rebelles du Cadre Stratégique Permanent (CSP) qui avaient jusqu’alors opposé une résistance farouche face aux combattants maliens et russes.

L’armée a occupé les emprises de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations-Unies pour la Stabilisation du Mali (MINUSMA) à Kidal, a annoncé un communiqué du gouvernement malien de transition. « Cette prouesse opérationnelle, indique-t-il, représente une étape décisive dans le cadre de rétrocessions des emprises de la MINUSMA aux forces armées de la sécurité »

Après cette annonce des autorités maliennes, le gouvernement burkinabé et celui du Niger ont salué la reprise de la ville de Kidal et ont rendu un « hommage aux hommes et aux femmes qui se sont engagés pour rendre cette victoire possible ». Tous les deux pays, membres de l’Alliance des États du Sahel (AES) qu’ils ont créée avec le Mali, ont réitéré leur soutien.

Des victimes civiles

Des sources locales indiquent qu’une vingtaine de civils, dont des femmes et des enfants, auraient été tués par des frappes aériennes. « Plusieurs véhicules transportaient des familles en fuite vers l’Algérie auraient été pris pour cible par des avions des forces armées maliennes », rapporte le journal en ligne « Contrepoints ». Selon la même source, « depuis la prise de Kidal, de nombreux témoins locaux rapportent une multiplication de frappes des drones sur des hameaux Touareg proches de Kidal », citant, entre autres, un commerçant du nom de Ouguenat Ag Telele et sa petite fille de 4 ans ainsi qu’un étudiant répondant au nom de Awinane Ag Achkounine. Plusieurs activistes ont confirmé ces allégations sur les médias sociaux.

Plusieurs pillages des maisons et des commerces ont aussi été rapportés dans la ville de Kidal. Des vidéos de scènes ont été partagées sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Alerte ! Épuration ethnique à Kidal

Les forces armées maliennes et leurs supplétifs de Wagner ont déjà été accusés de massacre systématique des Touareg. Il est à craindre que des nouvelles bavures soient commises dans cette région après la reprise de Kidal. Sur les réseaux sociaux, certains internautes appellent à « une croissance démographique à Kidal », tandis que d’autres « rassurent » du « partage équitable des blanches de l’Adrar des Ifoghas ». Ce qui s’apparente comme une apologie et un appel au viol massif des femmes autochtones.

A propos de Ahmadou Atafa 395 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*