La CÉDÉAO maintient ses sanctions contre le Niger 

À l’issue de son 64eme Sommet Ordinaire, tenu ce 10 décembre à Abuja, la CÉDÉAO a opté pour le maintien des sanctions prises contre le Niger suite au coup d’État du 26 juillet. 

Ces sanctions, édictées le 30 juillet 2023, impliquent la suspension des transactions financières et commerciales du Niger avec les pays membres de la CÉDÉAO, le gel des avoirs du Niger et des militaires responsables du coup d’État. Ces sanctions incluent également la fermeture des frontières et l’interdiction de voyage aux militaires impliqués dans le putsch.

Outre le maintien des sanctions, l’organisation régionale demande la libération du President renversé Mohamed Bazoum et a désigné les chefs d’État (ou leurs représentants) du Bénin, du Nigéria, du Togo et de la Sierra-Leone comme ses médiateurs avec le régime militaire à Niamey.

Depuis le 30 juillet, le Niger vit sous ces lourdes sanctions qui asphyxient l’économie et menacent le bien-être de la population.

À (re)lire aussi : Le président en exercice de la CEDEAO rappelle « l’impératif de réengager le dialogue avec les pays sous régime militaire »

A propos de Ahmadou Atafa 463 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

1 Trackback / Pingback

  1. Niger : Salem, le fils du président Bazoum, remis en liberté provisoire  – Aïr Info

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*