Niger : le Chef de l’État rassure de l’indépendance de la CoLDEFF et promet un accompagnement et un soutien indéfectible à l’institution

Le général Abdourahamane Tiani a rassuré dimanche que la Commission de Lutte contre la Délinquance Économique, Financière et Fiscale (CoLDEFF) sera une institution totalement indépendante. Une institution à laquelle le chef de l’État promet un accompagnement et un soutien indéfectible afin de mettre l’État dans ses droits. 

« Ni les membres du conseil national pour la sauvegarde de la patrie, ni les membres du gouvernement, ni moi-même n’allons interférer dans les décisions que la CoLDEFF aura à prendre », a promis le président du conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP). « Au contraire, poursuit-il, la CoLDEFF trouvera auprès de ces structures un soutien indéfectible ».

« Que tous ceux qui ont spolié les biens de l’État répondent de leurs actes. Il faut que les Nigériens apprennent et intègrent que le poste de responsabilités n’est pas synonyme de confusion avec le trésor national, avec la caisse de l’État. Le bien de l’État doit être sacré », a affirmé Abdourahamane Tiani dans l’interview donnée à la télévision nationale. Le général d’ajouter : « tout ce qui est à l’État [et] dont on vous a confié la gestion doit être sacré. Nous voulons que [cela] soit dans tous les esprits de responsables qui sont actuellement en poste dans ce régime de transition ».

Selon le chef de l’État, la CoLDEFF aura le soutien total de toutes les autorités en place afin de mettre l’État dans ses droits. « Elle aura l’accompagnement matériel et financier, mais à la mesure de nos possibilités puisque (…) notre pays traverse des moments difficiles. Les moyens ne sont pas en abondance, mais les moyens nécessaires à son fonctionnement ainsi que le soutien ne lui feront pas défaut », insiste le président du CNSP.

Ce ne sera pas une « chasse aux sorcières »

En outre, le chef de l’État assure qu’aucun auteur de détournement avéré ne sera épargné par l’institution en charge de restitution de biens détournés de l’État.

« Tout celui, de façon avérée, qui aura pillé [ou] détourné les biens de l’État, répondra à la CoLDEFF. Et la CoLDEFF a tout notre soutien, puisqu’elle ne répond que du président du conseil national pour la sauvegarde de la patrie », a-t-il dit. « Elle aura tout notre soutien. C’est un serment pour accomplir sa mission : restituer à l’État ce qui a été subtilisé à l’État », a davantage insisté le général Tiani.

Le président du CNSP a, par ailleurs, rassuré que « la CoLDEFF ne fera pas la chasse aux sorcières », avant d’inviter les Nigériens à collaborer avec l’institution en lui soumettant, par exemple, des faits de détournement dont ils auraient connaissance. « Elle leur réservera le traitement approprié jusqu’à aboutissement. C’est une certitude, c’est une garantie. Personne dont la responsabilité sera avérée n’échappera au traitement que la CoLDEFF réservera au dossier le concernant », a-t-il conclu sur la question.

La Commission de Lutte contre la Délinquance Économique, Financière et Fiscale a été créée le 20 septembre dernier pour lutter contre « la corruption, le détournement des deniers publics et la mauvaise gouvernance ». Les 35 membres qui la composent ont prêté serment le 16 novembre, et les Nigériens attendent avec espoir des action concrètes dans la lutte contre la mauvaise gouvernance, une des raisons qui ont porté le CNSP à la tête du pays, selon sa déclaration de prise de pouvoir le 26 juillet.

A propos de Ahmadou Atafa 399 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*