Le Niger condamne une « énième provocation de la CEDEAO » et appelle l’organisation à se ressaisir

Après la participation, le 10 décembre, de certains membres du gouvernement déchu au 64e sommet de la CEDEAO à Abuja, le CNSP a réagi en condamnant ce qu’il appelle une « énième provocation de la CEDEAO ». Il a ainsi accusé l’organisation sous-régionale de participer à un plan de déstabilisation du Niger tout en l’appelant à se ressaisir.

Dans un communiqué diffusé ce 13 décembre 2023, le conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP) a indiqué avoir suivi avec « indignation la participation incompréhensive de certains membres du gouvernement déchu » à la 64e session ordinaire de la conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) , tenue le 10 décembre 2023 à Abuja. Ce qu’il qualifie de provocation ne favorisant pas la résolution pacifique de la crise politique en cours.

« Le Niger condamne avec fermeté cette énième provocation de la CEDEAO qui est de nature à saper tout effort pour trouver une solution diplomatique et négociée à la situation politique actuelle », a déclaré sur les médias publics le porte-parle du CNSP, le colonel-major Amadou Abdramane, lisant le communiqué.

Le CNSP a ainsi exprimé son incompréhension vis-à-vis de l’attitude de la CEDEAO soulignant que l’organisation a pourtant suspendu le Niger de toutes ses instances.

« La CEDEAO ne peut en effet décider d’une part, la suspension du Niger de toutes ses instances et, d’autre part, permettre à des fugitifs de représenter illégalement notre pays. Cette attitude désinvolte sur fond d’incohérence prouve à suffisance le mépris de la CEDEAO pour les textes communautaires et le droit international en général », a relevé le CNSP. Pour lui, cette attitude « s’inscrit dans une logique de soutien à des amis politiques et autres partenaires d’affaires au détriment des intérêts des États et des peuples de la CEDEAO ». Aussi, le CNSP estime qu’en procédant ainsi, la CEDEAO « participe également [à] un plan subversif de déstabilisation du Niger à travers la formation d’un prétendu gouvernement parallèle soutenu par des puissances étrangères ».

À lire aussi : la CÉDÉAO maintient ses sanctions contre le Niger

C’est dans cette perspective que les autorités de Niamey ont appelé l’organisation sous régionale « à se ressaisir et arrêter de recevoir des directives qui ont pour seul objectif de diviser les pays africains ». Les autorités du CNSP ont aussi interpellé le président de la République fédérale du Nigeria, Bola Ahmed Tinibu qui est aussi le président en exercice de la CEDEAO, sur cette préoccupation. Rappelant les « liens millénaires et infrangibles de fraternité » existants entre le Niger et le Nigeria, le CNSP estime que Tinibu ne doit « continuer à abriter dans son pays des individus recherchés par la justice nigérienne [et] qui [y] participent à l’organisation de la déstabilisation du Niger ».

A propos de Ahmadou Atafa 340 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*