La CEDEAO lève les sanctions contre le Niger : demande de réparations pour les préjudices subis

Le Niger respirera enfin après que la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a décidé de lever les sanctions économiques et financières qui pesaient sur le pays depuis environ sept mois. Une décision accueillie avec soulagement par la population nigérienne, mais qui s’accompagne désormais d’une demande ferme de réparations pour les dommages causés.

Cheikh Boureima Abdou Daouda, Imam et prédicateur à Niamey, a exprimé sa gratitude envers tous ceux qui se sont mobilisés pour la levée des ces sanctions. « Nous rendons grâce à Allah pour cet heureux dénouement et exprimons notre profonde gratitude à tous ceux qui ont contribué à ce succès », a-t-il écrit sur ses réseaux sociaux. Cependant, il a souligné que les conséquences des sanctions sur la population nigérienne ne doivent pas être ignorées.

« Nous ne pouvons pas oublier les torts et dommages causés aux innocentes populations nigériennes pendant ces longs mois d’embargo », a déclaré le prédicateur musulman. « C’est pourquoi nous exigeons de la CEDEAO des réparations pour tous les préjudices subis. »

« Les sanctions économiques et financières imposées au Niger ont eu un impact dévastateur sur la vie quotidienne des citoyens. Des milliers de personnes ont perdu leur emploi, les prix des denrées alimentaires ont flambé, et l’accès aux services de base s’est considérablement détérioré », souligne l’imam qui appelle, dans ce contexte, la CEDEAO à assumer ses responsabilités morales et juridiques envers les victimes.

« La CEDEAO a la responsabilité morale et juridique de réparer les dommages causés par ses décisions », a insisté Cheikh Boureima Abdou Daouda. « Nous attendons d’elle qu’elle prenne les mesures nécessaires pour indemniser les victimes et qu’elle assume ses responsabilités pour que ce genre de situation ne se reproduise plus jamais », a-t-il lancé.

Cette demande de réparations a été exprimée par plusieurs autres personnes, notamment sur les réseaux sociaux. Il reste désormais à voir comment la CEDEAO répondrait à cette exigence légitime des populations, alors même que le Niger a décidé de quitter l’organisation et de se tourner vers l’Alliance des États du Sahel (AES) créée avec le Mali et le Burkina Faso qui ont également annoncé leur retrait de la CEDEAO.

À (re)lire aussi : Tinubu invite les États de l’AES à annuler leur retrait de la CEDEAO

A propos de Ahmadou Atafa 399 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*