Niger : le délibéré du procès de la société civile d’Agadez contre Somida attendu

Ce mercredi 06 mars 2024 marquera une étape cruciale dans le bras de fer entre la société civile d’Agadez et la société minière de Dasa (SOMIDA), avec le délibéré du procès prévu devant le Tribunal hors classe de Niamey.

Cette affaire, initiée par le Collectif des Organisations de la Société Civile d’Agadez (COSCRAZ), soulève des enjeux majeurs quant à l’avenir des communautés locales et la préservation de l’environnement dans le nord du Niger. Les deux parties avaient été entendues lors d’une audience le 31 janvier dernier devant le tribunal hors classe de Niamey.

Il y a un an, ce même collectif remportait une première victoire devant le tribunal d’Agadez, obligeant la suspension des activités de Somida jusqu’à la publication d’une étude d’impact environnemental. Cette décision faisait suite aux préoccupations des communautés concernant les conséquences néfastes de l’exploitation minière sur leur quotidien et sur l’environnement.

À l’approche du délibéré, le COSCRAZ a invité toutes les parties prenantes civiles, à Niamey, qu’elles soient locales, nationales ou internationales, à se mobiliser en faveur de cette cause qui se veut d’intérêt public. L’objectif est clair : « défendre les droits des communautés et la souveraineté nationale » face aux activités extractives qui, pour le COSCRAZ, menacent tant l’équilibre écologique que le bien-être des populations.

Pour ces OSC, l’uranium nigérien, ressource stratégique, ne doit pas être synonyme de malheur pour les populations locales, mais plutôt un moteur de développement durable et équitable. Pour cela, elles estiment qu’il est impératif que les autorités et les entreprises minières prennent en compte les préoccupations des populations locales, consultent de manière transparente et mettent en place des mesures efficaces pour minimiser les impacts environnementaux et socio-économiques de leurs activités.

Pour bon nombre d’observateurs, en cette période charnière, le verdict du procès ne sera pas seulement l’aboutissement d’un combat juridique. Il sera également le reflet de la volonté collective de préserver les intérêts des communautés et de construire un avenir meilleur pour tous.

A propos de Ahmadou Atafa 399 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*