Niger : l’ambassadeur algérien et l’OIM interpellés sur les opérations de refoulement et de rapatriement des migrants

L’Ambassadeur de la République Algérienne Démocratique et Populaire, SEM Bekhedda Mehdi, ainsi qu’une responsable de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) ont été convoqués au Ministère nigérien de l’Intérieur. L’objectif était de discuter des opérations, contestées, de rapatriement et de refoulement des migrants subsahariens par l’Algérie vers le Niger.

Les deux personnalités ont été reçues respectivement les 03 et 04 avril 2024 par le Secrétaire Général Adjoint du ministère des affaires étrangères, représentant le Ministre empêché.

Lors de la rencontre avec l’ambassadeur algérien, Oumar Ibrahim Sidi a exprimé les préoccupations du gouvernement nigérien concernant ces opérations, soulignant qu’elles étaient réalisées sans respect des règles, mettant ainsi en danger l’intégrité physique et la sécurité des biens des ressortissants nigériens en Algérie. Ainsi, SEM Bekhedda Mehdi a été encouragé à intervenir auprès des autorités compétentes de son pays pour garantir le respect de la dignité et de l’intégrité des ressortissants nigériens ainsi que la protection de leurs biens lors de ces opérations.

Le lendemain, la Chargée d’affaires a.i de l’OIM, Mme Nicoletta Giordano, a également été convoquée pour discuter de ces opérations contestées par Niamey. Cette rencontre faisait, quant à elle, suite aux constats selon lesquels plusieurs des migrants rapatriés en provenance d’Algérie n’étaient pas de nationalité nigérienne. L’OIM intervenant dans ce rapatriement.

Le Secrétaire Général Adjoint du Ministère des Affaires Étrangères a souligné l’importance pour l’OIM de mettre en place des mécanismes permettant d’identifier les nationalités réelles des migrants depuis l’Algérie. Cette démarche vise à assurer un rapatriement direct vers les pays d’origine des migrants concernés, contribuant ainsi à une gestion plus efficace et plus respectueuse des droits des migrants.

Ces rencontres s’inscrivent dans la recherche des solutions aux défis complexes posés par la migration dite irrégulière, notamment l’expulsion des migrants vers le Niger. En novembre dernier, les autorités nigériennes ont abrogé une loi criminalisant la migration dans le pays. Cette dernière était une sorte d’approche sécuritaire initiée avec l’Union Européenne afin de freiner la migration dite irrégulière vers l’Europe

À (re)lire aussi : D’Assamaka à Agadez, dans la foulée de la difficile prise en charge des enfants refoulés d’Algérie.

A propos de Ahmadou Atafa 486 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*