Hommage posthume à Hadjia Azhara Mahamadou dite Alitane rappelée à Dieu le 15 mai 2024

Dans la tradition touarègue, la femme est une Reine. Un pilier de la tente. Elle est toujours là ! Debout et forte même pendant les moments les plus difficiles. Même quand l’espoir s’amenuise, les femmes touarègues gardent la tête haute. Elles sont symboles de dignité et de réconfort. Hajia Azhara plus connue sous le surnom de ALITANE présidente de l’Association des Femmes Contre la Guerre AFCG et promotrice du centre TCHIMAKRASSENE d’Agadez, en est une.

Tout petit, j’ai connu Azhara, elle était secrétaire au service régional de Transport. Elle s’arrêtait si souvent chez nous pour taquiner mon père, un ancien combattant. A chacun de ses passages, une ambiance régnait à la maison et après son départ j’entendais toujours mon père dire ceci « Alitan telilite ». Autrement dit, « Alitane est une femme bien née ».

Plus tard, jeune adolescent, à l’aube du multipartisme, j’ai eu la chance de côtoyer cette combattante résolument engagée sur le plan politique au niveau de l’UDPS Amana. Elle était très active et d’ailleurs a même survécu à un accident dans sa mission de faire rayonner ce parti dans la région.

Femme leader très engagée, nos chemins se croiseront à nouveau grâce à mon travail à la radio NOMADE FM. Oui, et à chaque rencontre, elle qui avait l’habitude de taquiner mon père, ne m’épargnait pas non plus. Elle m’avait donné un surnom « Edichin makat » , littéralement traduit « le moustique de la Mecque ».

Comment pourrai-je oublier son soutien moral, physique et même financier lors de ma longue maladie ? « Hajajou » comme j’aimais si bien l’appeler n’a eu de cesse de me soutenir à travers ses visites, ses appels et messages.

Ayant appris mon retour à la radio, « Hajajou » m’avait fortement félicité et a remercié mes supérieurs. Elle disait ceci à mon patron Serge: « Le retour de Issouf à la radio ne peut pas passer inaperçu, nous sommes très contentes, Ewala Edichin makat nous a beaucoup manqué, on va même faire une délégation pour venir à NOMADE FM et SAHARA FM pour féliciter les directeurs et leur réitérer nos remerciements. Issouf a toujours été à nos côtés, surtout nous les femmes, nous lui sommes reconnaissantes. »

Voilà une des preuves de la simplicité de feue Alitane, voilà une des marques de sa gentillesse. Sa vie durant n’a été que Solidarité et Fraternité envers toutes les personnes.

Mon dernier appel avec elle, c’était le lundi 13 mai 2024, journée de la Femme Nigérienne. Deux jours avant sa mort. Quand elle avait décroché, elle disait toute souriante « Allo ! Edichin makat, oungoum issalane ko ? Tu peux venir, nous sommes au centre Mère et Enfant ». Je lui ai répondu que ma mobilité étant réduite, mes collègues passeront la voir. Ce qui fut fait.

J’ignorais, oui, nous ignorions tous que c’était son dernier entretien avec les médias.

Ce jour-là, son message était clair pour ceux qui l’avaient écouté. Ses sages paroles incitaient à la promotion des droits de la femme et des jeunes. C’était un message de paix mais aussi d’adieu. Un message dans lequel, elle nous rappelait de toujours penser à la mort.

HAJAJOU tu nous a quittés mais ton nom restera immortalisé au fond des cœurs des populations d’Agadez. Hommes, femmes, jeunes et vieux ne cessent de nous appeler pour compatir à cette douleur.

Tu laisses un grand vide Hadjia ! Espèrons que les femmes d’Agadez pour lesquelles tu as été une boussole et une référence vont poursuivre ton noble combat. Celui de la consolidation de la paix, de la cohésion sociale et du bien-être de nombreuses « TILIKAWENES » ces femmes éprouvées, qui te pleurent encore.

Que ton âme repose en paix guerrière et que le paradis soit ta dernière demeure. Amen.

 

Issouf Hadan 

Journaliste à RADIO Nomade FM Agadez et RADIO Sahara FM

A propos de Ahmadou Atafa 471 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*