Blocage du pétrole nigérien au Bénin : Talon attend une clarification des autorités nigériennes

Le Comité de pilotage inter-État du projet pipeline Bénin-Niger s’est réuni du 27 au 28 mai à Niamey pour tenter de relancer le transit du pétrole nigérien via Sèmè-Podji au Bénin. À l’issue de cette rencontre, le président béninois Patrice Talon s’est exprimé jeudi sur la situation.

Il a précisé que, même si la frontière reste fermée, une reprise des transports est possible, mais cela dépend désormais des autorités nigériennes. « Les formalités douanières de transit ne sont possibles que si le passage des biens par les frontières est permis. Autrement dit, sans ouverture formelle des frontières au pétrole, les formalités douanières nécessaires à son transit par le Bénin ne peuvent pas être réalisées », a-t-il déclaré après une réunion avec l’ambassadeur chinois à Cotonou.

Pour que le transit puisse se faire, Patrice Talon a expliqué qu’il est nécessaire « que les autorités nigériennes annoncent officiellement que la fermeture de leurs frontières terrestres fait exception au pétrole ». Une telle « clarification » permettrait « un traitement juridique différencié » pour le pétrole venant du Niger. « À défaut de ce minimum, toute formalité douanière de transit du pétrole reste légalement impossible entre le Bénin et le Niger ».

La réunion du comité de pilotage du pipeline a réuni des délégations du Bénin et du Niger, ainsi que des représentants de Wapco, la société chinoise exploitant le pipeline. Convoquée à la demande de la partie chinoise, elle visait à lever les obstacles entravant le transit du pétrole nigérien via le Bénin, notamment en discutant du passage transfrontalier du matériel et de la coordination des activités à la plateforme de Sèmè-Podji.

À l’issue de la rencontre, les participants ont signé un protocole d’entente visant à garantir le bon déroulement du processus d’exploitation du pipeline. Ils se sont également engagés à respecter les mesures convenues dans cet accord.

Il faut noter qu’à ce jour, les autorités nigériennes n’ont fait aucune déclaration sur cette rencontre tripartite, ni sur les nouvelles positions de Cotonou.

A propos de Ahmadou Atafa 471 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

5 Comments

  1. Nous en a assez de cette histoire de frontière et de pétrole. Qu’il bloque s’il veut. Comme ça tout le monde restera tranquille.

  2. On attend la partie où le Bénin va chasser les ressortissants nigériens au Bénin
    ….et ici au Niger on démarre la chasse au béninois.

    On attend cela impatiemment .

    Déjà le Bénin a commencer à persécuter les Nigériens dans les bus de passage , a les garder affamé en pleine brousse , … Ça vient.

    • C’est plutôt les policiers et douaniers nigériens qui ont commencé à harceler les ressortissants béninois. Si tu es béninois dans un taxi, tu paies entre 10 et 25mil. Si tu es CEDEAO tu paies 5mil. Cessez les mensonges. Les harcèlements des policiers béninois contre les nigériens n’est rien par rapport à ce que font les policiers nigériens contre les béninois. Les passagers béninois sont traités de terrorisme, de commercial de drogue. On ne vaut pas la merde devant ces agents de l’ordre au Niger. J’ai dépensé 95mil pour faire Niamey Cotonou il y a juste deux jours. Donc ne venez pas raconter du n’importe quoi ici

  3. Je veux à ce que les autorités nigériens ouvrent leurs frontières pour les béninois d’ici demain matin si possible.Svp je veux voyager pour voir mes parents tellement qu’ils me manquent trop j’en marre de rester loin d’eux. Svp de grâce ouvrez-nous vos frontières là.

  4. Mes frères et soeurs…. Cessons de semer les pensées négatives qui pourront pousser nos peuples à une radicalisation. Ce comportement a créé le génocide rwandais, la deuxième guerre mondiale et les guerre de sécession.
    N’amenez pas avec vos commentaires des affrontements entre nos deux peuples… Attention attention….pas de mauvaises langues…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*