Le Bénin veut « rétablir les relations » avec ses voisins qui ont connu des coups d’État

Dans un discours à la nation, tenu ce jeudi 21 décembre devant l’Assemblée Nationale, le président béninois, Patrice Talon, a déclaré vouloir « rétablir rapidement les relations » entre son pays et ses voisins qui ont connu des coups d’État. 

« Au Bénin, nous voulons d’un monde débarrassé des guerres et du terrorisme. C’est cette même logique qui me pousse à exprimer aujourd’hui, notre volonté de voir se rétablir rapidement les relations entre le Bénin et les pays où les coups d’État sont intervenus pour remettre en cause les processus démocratiques » a-t-il déclaré.

Pour Patrice Talon, il y avait « un temps pour condamner, un temps pour exiger et un temps pour faire le point et prendre acte », évoquant le Niger ayant connu le dernier coup d’État en Afrique de l’Ouest en juillet 2023. « Mais, souligne Talon, prendre acte requiert que nos interlocuteurs jouent leur partition en rassurant, en exprimant clairement leurs intentions, mais aussi leurs attentes vis-à-vis de la communauté internationale ». Ce qui, selon le chef de l’État, n’est pas le cas aujourd’hui. « C’est dire que la balle est dans le camp des autorités des faits qui doivent donner de gage de leur volonté de discuter et d’entendre aussi les préoccupations légitimes de la communauté à laquelle leurs pays appartiennent », a affirmé le président béninois.

Par ailleurs, le président Talon s’est désolé des conséquences des sanctions prises contre les pays concernés par les Coups d’Etat. Les sanctions prises sous les ordres des institutions communautaires.

« Il est clair cependant que le Bénin n’a jamais voulu, ni souhaité que les sanctions imposées par les organisations internationales aient pour effet de compliquer le quotidien des populations et de leur rendre la vie encore plus difficile », a-t-il dit.

À noter que depuis les sanctions de la CÉDÉAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest) suite au coup d’Etat du 26 juillet 2023, le Bénin a fermé ses frontières avec le Niger alors que ce dernier dépendait jusqu’alors du port béninois de Cotonou. De son côté, le Niger s’est opposé même à l’acheminement de l’aide humanitaire via le Bénin qu’il a accusé de vouloir l’agresser en complicité avec la France. Dans une lettre en date du 12 décembre, le pays dirigé par le général Abdourahamane Tiani a finalement opté pour le corridor togolais pour l’acheminement de cette aide humanitaire. Ce, suivant l’itinéraire Lomé-Ouagadougou-Niamey, selon la lettre adressée au directeur pays du Programme Alimentaire Mondial (PAM). Toutefois, le Niger entend exporter son pétrole brut vers le Bénin dès janvier 2024.

A propos de Ahmadou Atafa 340 Articles
Journaliste Fact-checker - Blogueur - Communicateur basé au Niger.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*