Covid-19/Variant Delta : la surveillance, un défi majeur des autorités du Niger

Selon une communication du Ministère nigérien de la Santé Publique, de la Population et des Affaires sociales, lors du dernier conseil des Ministres, le renforcement de la surveillance constitue l’un des défis majeurs des autorités nationales dans le contexte de la circulation du variant Delta de la COVID-19.

Le Niger ayant enregistré ses premiers cas du variant Delta de la COVID-19 (six cas parmi les derniers du mois d’août), les autorités craignent une propagation de ce nouveau variant dans le pays. Ces cas avaient été détectés sur des « personnes qui n’ont pas été vaccinées », avait indiqué le ministre de la santé publique. C’est pourquoi, pour les autorités nationales, le renforcement de la surveillance dans le contexte de la circulation de ce variant et l’amélioration de la couverture vaccinale constituent des défis majeurs.

Bien que les premiers cas (au nombre de six) aient été « traités et guéris », selon le ministre, « les formes graves de la COVID-19 sont de plus en plus développées ».

D’après un communiqué du gouvernement, « le séquençage a permis d’isoler six cas du variant Delta indien à Niamey et treize cas du variant Delta nigérian, dont huit à Niamey et cinq dans la région d’Agadez ».

Le même communiqué avait annoncé l’engagement de « traçage approfondi des contacts en cours » et un « renforcement de la surveillance ».

Pour contrecarrer la propagation du virus, hormis le renforcement de la surveillance visé par les autorités en charge de la santé publique, l’OMS préconise l’accélération de la vaccination « pour atteindre l’objectif de vacciner 30% de la population d’ici décembre 2021 ». Depuis le début de la campagne de vaccination, plus d’un million de doses de vaccins a été réceptionné au Niger. Cependant, à la date d’aujourd’hui, ce n’est qu’une infime partie de la population (sur plus de 20 millions d’habitants que compte le pays) qui a été vaccinée, malgré les incessants appels du gouvernement et de l’OMS.

D’après l’analyse de la tendance épidémiologique, à la date du 23 septembre 2021, la situation de la COVID-19 est « toujours sous contrôle », ont indiqué les autorités à l’issue d’un conseil des Ministres. Selon elles, le nombre de nouveaux cas positifs notifiés par rapport à la semaine qui avait précédé et le taux d’attaque hebdomadaire sont « stationnaires ». Par contre, la surveillance dans le contexte de la circulation du variant Delta doit nécessairement être renforcée et la couverture vaccinale améliorée.

La population doit, de ce fait, accompagner les efforts du gouvernement dans sa volonté de lutter efficacement contre la COVID-19 en se faisant vacciner et en respectant les mesures édictées par l’OMS.

Ahmadou Atafa

———-

Article écrit et publié dans le cadre du projet Covid-19 Response in Africa mis en œuvre par le consortium composé de International Media Support et de Free Press Unlimited et financé par l’Union Européenne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.